Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

jeudi 29 avril 2010

La virilité prise 2

Jour 1

Yang était à peine parti pour le travail que j’entends la porte s’ouvrir.

-T’as oublié quelque chose?

-Non. Va falloir que j’appelle la CAA. Ma voiture fait un drôle de bruit. Il faut que j’aille au garage.

-Attends, laisse-moi enfiler un pantalon et je vais voir d’accord? Je suis bonne dans “les bruits de chars.”

Je sors. Yang entre dans la voiture et me dit:

-Reste dehors et écoute le bruit.

Et moi de répondre:

-Hum, je ne crois pas que ce soit bien grave. Ça me semble être un bruit de courroie.

J’entre dans la voiture et donne mes instructions:

-Arrête le moteur et démarre de nouveau.

Maintenant c’est à peine un petit bruit perceptible.

-Bon, roule un peu avec et on va voir.

Je lui suggère de se rendre au garage qui n’est pas loin et de l’accompagner avec ma voiture.

Yang est très nerveux:

-Oui mais j’aime pas bien ça. Car tout à l’heure le bruit était constant et ça sentait le brûlé. Puis, la dernière fois que j’ai roulé avec un problème, j’ai brûlé le moteur.

(???!!!)

-Je vais d’abord appeler au garage et demander conseil.

Nous entrons donc dans la maison. Au bout d’un moment, Yang revient et me dit:

-Bon. C’est pas grave, c’est seulement un ajustement au niveau de ma courroie.

(...)

-Je te l’avais dit que ce n’était pas grave. Qu’est-ce que t’en penses?

-Hunhun...

-C’est tout ce que tu as à me dire?

Ben, c’est bien...

-Écoute, sors-moi quelque chose d’autre voyons! (rires)

-D’accord. Je te trouve bien virile!!!

Et la courroie? Je t’avais dit que c’était probablement la courroie?

-Ah non. Ça par contre, tu ne me l’as pas dit.

-Quoi??? Mais oui je te l’ai dit, quand j’étais dehors à écouter le moteur!!!

-T’as pensé peut-être que tu me l’avais dit mais tu ne me l’as pas dit.

(!!!)

Hum...



Jour 2

La voiture est maintenant réparée:

Yang:

-C’était pas bien grave, seulement un ajustement au niveau de la courroie...

-Alors, qu’est-ce que t’as à rajouter?? (sourire)

-Bravo!!!!! Écoute, va falloir que tu parles de tes bévues toi aussi...

-D'accord, promis!

mardi 27 avril 2010

Au revoir mes trésors...

Ils sont partis très vite
À une semaine d'intervalle
Et auront eux aussi
Leurs places à l'ombre
Sous le pommier
Au revoir mes trésors...



Stéphane
"Mon gros patapouf"
Avec une seule oreille
Et qui sentait merveilleusement bon




Tite Patte

"Ma petite boxeuse mal commode"
Par chance que tu avais de belles bajoues blanches...







samedi 17 avril 2010

La virilité ne tient qu'à une scie

Yang et moi étions devant le petit écran. Je faisais la remarque suivante en regardant un commentateur sportif:

- Moi je l'aime Jean-Paul Chartrand.

- Moi je trouve qu'il a l'air d'un "mononcle".

-Et bien moi je le trouve très viril et en plus, il a une superbe de belle voix.

-Ah... Est-ce que tu le trouves plus beau que moi?

- Écoute, ça ne se compare pas. Vous êtes deux beautés différentes.

-Oui mais, est-ce que tu me trouves viril?

-Je te trouve... différent, tu es un autre genre d'homme.

-Comme ça, tu ne me trouves pas viril?

-....

-Pourtant j'ai une scie ronde et une scie à chaîne?

-???!!...


Quand la virilité ne tient qu'au vrombissement strident d'une scie à chaîne...Pfff...
Excusez-moi, je m'en vais mettre mes talons hauts...

Avec l'aimable autorisation de Yang

mercredi 14 avril 2010

De la colonne...

Oui, de la colonne, comme j'aimais...

Au revoir Monsieur Chartrand

xxx


dimanche 11 avril 2010

Je vous présente

Photo 1

Voici ma grand-maman paternelle. Sa mère était Iroquoise. Cette photo date des années 20. Son châle était magnifique. Il existe encore et est conservé par la famille. Ma grand-mère paternelle était une perle... Elle est décédée en 1995 à l'âge de 86 ans. Je rêvais en secret de la voir avec Paul, mon grand-père maternel. Elle m'a appris à tricoter ainsi que la technique des boudins avec de longues guenilles minces. Les boudins restent jusqu'au prochain shampoing, garanti.... Elle m'a aussi appris à utiliser de façon modéré le rouge à lèvre des années 30. Je l'ai appris à mes dépends... Ce rouge à lèvre ne s'enlève pratiquement pas!!!
Mon grand gagnant: Jackss



Photo 2

Nanou. J'avais 23 ans et j'étais en compagnie de Coco, mon premier conjoint. Ici, on ne lui voit que le bout du chapeau. Il était assis et moi debout, la main appuyée sur son épaule.
Nous étions à La Ronde par un beau soir d'été et nous nous sommes prêtés volontier aux recommandations du photographe, dans un kiosque de photos anciennes. Il ne faut pas sourire, rappelez-vous!
Mes grands gagnants: Herbert et Zed

Bouda... Hum, je sais que tu gagnes aussi mais avoue que c'était un petit peu facile pour toi?










Photo 3

George Sand (1804-1876) femme de lettre remarquable qui s'est vue dans l'obligation de changer de nom pour pouvoir avoir la possibilité d'être publiée. Un site très intéressant lui est consacré. Elle fut la maîtresse d'Alfred de Musset et de Frédéric Chopin.
Ma grande gagnante: Gelissa









Pour mes gagnants, je tâcherai d'écrire un billet à la hauteur de ce que je sens d'eux. Ce sera mon prix.


Merci à tous pour votre participation!





vendredi 9 avril 2010

Concours




Elles ont tous 20 ans.

Qui sont ces jeunes filles?

Le ou la gagnante se méritera une récompense assurée...

À vos marques, prêt, partez!








jeudi 8 avril 2010

Du toupet

Ceux et celles qui connaissent Nanou savent qu'elle est passée maître dans l'art de faire le clown et rigoler. Yang mon conjoint me dit souvent:" Je t'aime parce que tu me fais rire."

Alors donc, ce matin, je m'amusais à coiffer mon toupet à mon désavantage en me présentant ensuite vers Yang, le juge en chef...

-Qu'est-ce que t'en penses?

-Oh boy, ça ressemble à une catastrophe disco!

Et moi de m'étouffer dans mes éclats de rire.Yang a le don de me stimuler avec ses remarques d'une justesse étouffante... Dans un élan d'adrénaline, je retourne à la salle de bain, improvisant un autre toupet rigolo.

- Ta-dam! Et là, qu'est-ce que t'en penses?

-Tu ressembles à Bettie Page.

-Ah, et qui est Bettie Page?

-Une pin up des années 50.

Tiens tiens, Yang connaît les pin-up des années 50? Passons...

À présent, je coiffe mon toupet en "moi".

-Et là, qu'est-ce que t'en penses?

- C'est normal.

-Normal?

-Oui, ordinaire je veux dire.

-...

-Comme ça tu me trouves ordinaire?

-Non, je veux dire que c'est ta coiffure normale.

-Et tu le trouves comment mon toupet?

-Yé bin correct ton toupet.

- Ordinaire quoi?

-Mais là c'est que je sens que je suis en train de me faire piéger...

-Tu veux dire que t'es en train de te caler?

-C'est en plein ça. Je pense que je ne parlerai plus...

-Hum...




samedi 3 avril 2010

Un Dimanche de Pâques

Il s'appelait Paul. Mais non, pas St-Paul comme l'apôtre mais, c'était tout comme. Paul était mon grand-papa d'amour, ma lumière, mon rayon de soleil, ma sécurité. Comme il était bon, gentil, patient, tout ce qu'une petite-fille pouvait rêver d'un grand-papa. Lorsque ma grand-mère partait pour l'hôpital, je me précipitais vers le téléphone:

-Grand-papa, est-ce que je peux venir coucher chez toi?

-Mais oui ma petite fille!

-Est-ce que je pourrai jouer sur le piano?

-Tu pourras jouer tant que tu veux ma petite fille!!!

C'était le bonheur total. Grand-papa sifflait toujours en se levant le matin. J'étais heureuse, il me transmettait sa joie de vivre. Je passais des journées sur le vieux gramophone à écouter les 78 tours. Il m'arrivait de me piquer le doigt sur l'aiguille qu'il fallait changer plusieurs fois. Je composais de petits airs accompagnés, sur les notes noires du piano.

-C'est beau ma petite fille continue!

Cette photo représente beaucoup pour moi. C'était un Dimanche de Pâques. Grand-papa et moi sortions de l'église puis, au milieu des marches extérieures il me dit:


-Ne bouge pas Nanou, grand-papa va prendre une belle photo de toi.

Une photo de moi... Comme j'étais fière. Surtout avec mon beau chapeau de paille et mon petit sac à main assorti. Je l'aimais mon sac à main décorée d'une belle marguerite teintée de rose, bleu et vert pâle, toute en paille elle aussi. Je me rappelle avoir prise cette pose, tout naturellement, la main posée sur la hanche. Il faisait beau, c'était Pâques, j'étais heureuse avec mon grand-papa...

jeudi 1 avril 2010

Ma lumière


La communion qui existe entre celui qui est venu annoncer son message d'amour et moi demeure intense, intemporelle. À travers cette paix qui me guide et sa présence qui me supporte en tout, je veux simplement remercier, le remercier...

Pour tous les amoureux de musique, croyants ou non croyants, pour toi papa qui m'a fait découvrir tant de beauté musicale, avec ardeur et passion et qui, de là-haut, doit vibrer de bonheur en tendant l'oreille, voici mon moment de grâce. La musique nous sauve de grands malheurs...




"Pare-toi, mon coeur, pour lui
Tu vas être le sépulcre où il dort et repose
Car c’est en toi désormais,
C’est en toi qu’il veut faire sa demeure
Monde, adieu, descends en moi,
Descends en moi "



Passion selon St-Mathieu
BWV. 244

Aria. "Mache dich, mein Herze, rein"
Jean-Sébastien Bach

Direction/ Karl Richter
Baryton-basse/Walter Berry


À la mémoire de mon père