CROIRE QUE LES CHOSES SE PRODUISENT TROP LENTEMENT OU TROP VITE EST ILLUSOIRE. LE SYNCHRONISME EST PARFAIT. CHAQUE CHOSE ARRIVE TOUJOURS EN SON TEMPS... RIEN NE NOUS ARRIVE QUI N'AIT D'ABORD ÉTÉ SENTI ET PENSÉ. POUR CRÉER LE FUTUR, IL FAUT Y CROIRE SANS RSERVE.


Auteur inconnu

samedi 30 juillet 2011

McCartney, 3 ans déjà...

Le passage de McCartney au centre Bell est venu raviver le souvenir d'un spectacle que je ne suis pas prête d'oublier.

Voici le billet que j'avais écrit lors de son passage à Québec à l'été 2008...


Un petit mouton sur les Plaines

Il y avait fort longtemps que je n'avais pris de décision aussi irréfléchie, sur le coup d'une impulsion. Et pourtant, je l'ai fait, il y a à peines 2 semaines. Et ce fut une des meilleures décisions spontanées de ma vie. J'en sors à peine, remplie de bonheur...

Pourtant, cela faisait presque 3 jours que je tentais de résister à l'envie d'y être ce soir-là. Je sabotais unilatéralement toute ouverture possible, me résignant à des excuses vraiment poches et moches...

T'as pas envie de te retrouver dans une foule? Rappelles-toi tes dernières St-Jean sur la montagne?

Et si une bombe sautait? Une émeute se produisait?

T'as mal aux pieds, te vois-tu en train de marcher et marcher et pire, rester debout pendant des heures?

Il faut faire garder le chien.

J'ai plein de choses à faire...

Il faut que je vois Fafouin ce week-end...

Et si nous nous faisions prendre par la pluie...

La liste était exhaustive et je m'appliquais de façon admirable et généreuse à l'allonger. Plus j'en mettais, plus je souffrais de ces barrières ridicules que je m'imposais et plus j'entendais " My love" dans ma tête. J'étais devenue ensorcelée par mes propres pulsions.

Aye! Réveille-toi! Tu ne peux pas passer à côté voyons! Tu dois y être...

C'était devenu une certitude tellement évidente...

Alors, après des heures de tiraillements, de questionnements et de souffrances mentales , je pris une décision rapide; j'y vais.

Et ce choix ne fut pas bien difficile à prendre; j'étais déjà là en pensée, Fafouin m'écoutait religieusement et je lui disais à quel point j'avais hâte d'y être. L'espace d'un instant, j'étais devenue une adolescente emballée et Fafouin sentait mon effervescence, tout sourire qu'il était!

Ok. Go. Calme-toi et tout va bien aller....

J'appelle ma Ti-Mimi d'Amour (ma maman) et lui fait une offre qu'elle ne peut pas refuser.

Maman, si je viens te chercher et te reconduire ensuite chez toi, viendrais-tu garder mon chien?
Je te laisse y penser et te rappelle dans une heure...

Pas de problème, maman accepte volontier. J'appelle Yang et lui demande de se préparer.
Aussitôt rendue à la maison, je nourris chien, oiseaux, rat et hamsters, prépare un bagage à la hâte, demande à Pingouin et Loulou, de fervents fans de la 1ère génération, s'ils peuvent nous garder à coucher à Québec et nous voici en route!

Dans la Basse-Ville nous trouvons miraculeusement un stationnement. Suons comme des boeufs pour arriver enfin tout en haut et suivons le troupeau de moutons qui se dirige vers les Plaines. À peine 30 minutes après notre arrivée, plus personne n'était admis sur le site.

Nous avons patienté, écouté le premier groupe, pris une pause debout, suivi Pascale Picard, pris une seconde pause debout qui s'est en fait prolongé pendant 3 heures lorsque le héros arriva!. Ce fut un moment magique, inoubliable...C'était le délire total. 200,000 personnes regroupées pour une seule et même cause. J'en sors à peine...

Conclusion; jamais je n'ai senti mes pieds endoloris, il n'y a pas eu de bombes ni d'émeutes, j'ai crié, pleuré, chanté et dansé comme une débile durant 3 heures et en prime j'ai vu le meilleur show de ma vie. Un homme sensible et extrêmement généreux ce Paul McCartney.

Nous sommes rentrés chez Pingouin et Loulou à 1 hre 30 du matin, encore sur l'adrénaline. Pingouin avait un rendez-vous au garage très tôt le matin et Loulou plaidait à la cour à 9 hres mais se consolait d'avoir vu une juge au show. Elle aussi sera fatiguée demain....

J'ai terminé la matinée avec mon Yang, par un petit déjeuner à L'Île d'Orléans. Pas mal pour une fille qui prend des décisions irréfléchies!


Les Beatles ont pris tellement de place dans mon enfance et ma vie d'adolescente. Avec Harmonium, c'est comme un petit coin à part, inviolable et intouchable.



Québec, Plaines d'Abraham
20 juillet 2008



jeudi 28 juillet 2011

Hâte de vous revenir!

Bonjour à tous, tellement le goût d'écrire, beaucoup de belles choses à raconter et peu de temps pour le faire. Cet été est fort occupé, je reçois sans cesse; ma famille, mes amis et, quand ils viennent, j'aime bien les garder pour 2, 3 jours!
Bel été rempli d'inattendus... Rien n'est comme avant; Fafouin semble toujours stable avec son amoureuse, dans son petit logement avec Miss Patate, leur petite chatte et travaille toujours. Je ne vous ai pas encore raconté ce que j'ai fait pour en arriver à ce résultat, hum...
Le papa de mon fils est retourné chez lui mais, son état ne s'améliore pas. Son coeur est faible et sans doute attaqué par les oesynophiles. En octobre dernier, les médecins lui avaient donné un an à vivre...
Je ne vous oublie pas, reviendrai vous lire et reviens planter ma plume dès que possible!

Bizous à nous tous chers lecteurs si fidèles!

dimanche 10 juillet 2011

La force de Fafouin

À tous,
je vous reviens dès que je peux.

Je ne veux pas le faire sans vous dire que mon fils Fafouin, depuis sa sortie de détention, le 24 mai dernier, est demeuré en chambre 10 jours, a déménagé par la suite dans un beau petit logement ensoleillé avec son amoureuse qui est aussi son amie d'enfance . Ils ont aussi trouvé tous les deux du travail. Ce pas qu'il a fait est énorme et, peu importe le reste, il sait qu'il pourra toujours y revenir.
Présentement, je l'accompagne du mieux que je peux, son père est mourant. Fafouin demeure à deux minutes à pieds de l'hôpital où réside son père présentement. Je vous demande à tous d'avoir les meilleurs de vos pensées pour mon Fafouin...




Fafouin xxx

mercredi 6 juillet 2011

Briser le silence

le cardiologue Guy Turcotte est criminellement non responsable du meurtre de ses deux enfants. Le jury en a décidé ainsi...

Je peux vous assurer sans l'ombre d'un doute que j'aurais été une bien piètre jury dans cette histoire tout à fait monstrueuse parce qu'elle a réveillé en moi des souvenirs douloureux, mêlés d'injustice, de colère, de frustrastions et d'impuissance extrême. Cette tragique saga a fait réagir tout le Québec. Alors, imaginez pour ceux et celles qui vivent de telles horreurs, ces petites victimes puis, ceux et celles qui restent...

Je demeure avec un goût très amer, me sens extrêmement triste, parce que les lois ici au Québec ne permettent ni d'aider ou même de sauver les victimes, pas plus que d'intervenir rapidement lorsqu'une personne souffre de troubles mentaux. L'intervention se fait en dernier recours, lorsque la personne intente à sa vie ou, lorsque le mal est fait. Entre les deux, rien ne permet d'entreprendre quoi que ce soit pour éviter qu'un malheur d'une telle ampleur se produise. Et ça, c'est inacceptable et tout à fait révoltant ...

Parallèlement, on nous demande de dénoncer la violence. Je l'ai fait, il y a 5 ans, pour protéger mon adolescent. Oui, j'ai porté plainte contre le père de mon fils pour violence envers ce dernier.
Bien que le père eut admis ses gestes, il a été acquitté. Pourquoi? Parce que mon fils a refusé de le dénoncer personnellement et, à 14 ans, on a le droit de le faire et rien ni personne ne peut faire quoi que ce soit. Le papa a donc pu, tout à fait librement par la suite, continuer à détruire, et physiquement et psychologiquement mon fils, sans que personne ne puisse intervenir, à part mon fils... J'avais beau l'informer, lui répéter que c'était inacceptable, que le geste était criminel, que personne n'avait le droit de le détruire ainsi ou de le blesser physiquement. Rien n'y faisait.
Son père aurait pu depuis longtemps aller consulter. C'était sa responsabilité de le faire. Il ne l'a pas fait. Les ravages ont été énormes. Mon fils devint complètement dysfonctionnel, aux prises avec de gros problèmes de drogue et d'alcool, a volé, fut incarcéré. Nous ne faisons que commencer à ramasser les pots cassés maintenant qu'il approche la vingtaine. Heureusement, il est fort et courageux ce beau jeune homme. Un jour à la fois. Ce que le papa a fait est criminel, un crime non puni.
_______

Il y a tout près d'une trentaine d'années, un homme souffrant de mal bipolaire a laissé son travail et, en phase maniaque, a voulu brûler les documents dont il ne se serviraient plus jamais. Dans la chambre où il logeait se trouvait un vieux foyer non fonctionnel. Malgré les avertissements du propriétaire des lieux, l'homme a quand-même mis les documents au foyer et mis le feu au bâtiment. Par sa faute, une jeune femme de 24 ans est décédée. Elle avait le même âge que moi. Cet individu fut arrêté et traduit en justice pour négligence criminelle entrainant la mort puis, acquitté pour aliénation mentale. Cet homme c'était mon père.

Lorsqu'il est décédé en 2005, j'ai pris le temps de sortir les journaux de l'époque, regardé les photos, tout relu en tremblant, puis, j'ai tout fait brûler tranquillement, dans mon foyer qui représente pour moi un havre de paix. Je ne ressentais plus le besoin de conserver ces anciens articles pour me rappeler car les images, les sensations, sont encore bien présentes et ne me quitteront pour ainsi dire jamais.

À l'instant où je vous écris, je vois parfaitement bien le visage de cette belle jeune fille remplie d'avenir, ayant toute la vie devant elle, comme moi à l'époque. J'en ai voulu terriblement à mon père, je lui en veux encore... Je ressentais la mort de cette jeune fille comme s'il avait tué sa propre fille, comme s'il m'avait tué. J'étais dans une colère telle et le simple fait de me rappeler cet incident ramène mon corps dans le même état. Je me sens gonfler de l'intérieur, des picotements intenses insensibilisent tous mes membres, je ne le sens plus ce corps. Mais, je vais m'y rendre, ça va, parce que, jeune enfant, j'ai tant souffert de son incapacité et manque d'intérêt à se prendre en mains , parce que c'était sa responsabilité de se soigner, parce qu'il savait qu'il devait prendre sa médication et qu'il ne l'a pas fait et ce, à maintes reprises et parce que, cette fois-là, une jeune fille est morte à cause de lui.

Je pense que chaque être humain a le devoir, la responsabilité d'aller consulter, lorsque ça ne va pas bien dans leur tête. Lorsqu'on a entre les mains la vie et l'équilibre de petits enfants on ne peut pas se permettre cet écart et ce, par respect et amour pour eux. Le père de mon fils ne l'a pas fait, mon père ne l'a pas fait et... Guy Turcotte ne l'a pas fait. Les deux premiers ont pu continuer à vivre en toute liberté alors que d'autres personnes ont été détruites par leur faute.

Guy Turcotte pourra sans doute retrouver sa liberté sous peu. Rien pour protéger les victimes pas plus que des mesures claires mises sur pieds pour s'assurer que les gens souffrant de problèmes de santé mentale seront en sécurité, ne porteront pas atteinte à leur propre vie ni à celle d'autrui.

Je souhaite sincèrement que l'issue surprenante de ce procès puisse enfin faire soulever les bonnes questions afin que les lois soient révisées, modifiées, une fois pour tout et ce, vraiment dans le meilleur intérêt de chacun.

En ce moment, mes pensées sont pour Anne-Sophie et Olivier et la maman des enfants...







Anne-Sophie et Olivier Turcotte
XXX


"Vos vies ont été volées et votre présence auprès de moi trop courte. Je me demande pourquoi des choses comme celles-là arrivent. Pour vous, j’apprenais à me dépasser pour vous accompagner dans ce monde qui est rempli de belles choses. Je suis chanceuse d’avoir été choisie pour être votre maman car vous étiez exceptionnels.
J’ai expérimenté, j’ai pleuré, j’ai ri, j’ai voulu à l’occasion démissionner car avouons-le… c’est pas toujours facile d’être parent. Je vous aime et souffre de votre départ. Je garde dans mon cœur l’intensité de vos personnalités et la douceur de vos câlins et bisous. Attendez-moi, au-delà de cette vie, car les gens qui s’aiment savent s’attendre.
Olivier, mon champion et Anne-Sophie, ma grande fille prenez soin l’un de l’autre.
À bientôt mon ti-loup, à bientôt ma cocotte.
Maman xxx"

Texte d'Isabelle Gaston