Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

jeudi 28 mars 2013

Une belle vie...

Fafouin est à Bordeaux depuis janvier. Me suis adaptée, vraiment. J'ai même réussi à faire de ces visites un temps pour moi en même temps que pour lui. Règle no.1: le sourire. Pourquoi? Bien parce moi, j'ai pas envie d'arriver là déprimée, que je suis pétante de santé et que j'ai bien l'intention de le rester. Ceci dit, sitôt sortie du stationnement, pièces d'identité présentées, je fais ma marche rapide jusqu'aux portes de fer vertes. Je pense que ça se transmet là, je veux dire le sourire:

Le gardien:

-Bonjour, vous venez pour me visiter?

-Oui! Comme à toutes les semaines!

Je me dépêche à prendre un numéro  parce que j'ai hâte de me plonger dans mon magasine Santé. Savoir utiliser le temps qu'il me reste à attendre de la façon la plus profitable devient un art!

Tiens, aujourd'hui, il y a peu de gens. Je suis assise à côté d'une jeune femme et devant un beau jeune homme d'au plus 20 ans. Elle et lui discutent. Lui, je l'observe...

- Je viens de sortir, j'ai passé 6 mois en dedans pour... C'est vraiment le fun la sensation quand on sort!

Il est si beau, d'une prestance, un charisme incroyable, comme mon Fafouin. C'est pas un 2 de pique croyez-moi. Je ne peux faire autrement, abaisse mes lunettes et lui lance:

 Je trouve que tu as une belle personnalité et toute l'avenir devant toi. As-tu du soutiens pour ta sortie?

-J'ai un métier, je suis briqueteur! Me dit-il tout enjoué.

Il était très positif.

-As-tu des gens pour te supporter là-dedans?

- J'ai mes cousins et cousines et des amis ici mais...

-Et tes parents?

-En 6 mois, mon père  et ma mère ne sont jamais venus me voir.

-Je trouve ça bien triste... Bonne chance mon garçon...

J'étais attendrie, ce jeune, je l'aimais déjà de tout mon coeur, c'est comme si c'était mon fils. Il s'est levé, des gardiens l'appelaient, puis il sortit. Je me tenais devant la porte car mon tour arrivait. Je le vis sortir de nouveau. Il jeta un regard curieux en ma direction, vers la salle d'attente. Je lui fis un beau bonjour d'une main qui voulait tout dire à la fois, une main d'amour quoi. Il me renvoya le plus beau des sourires. Trésor, je ne l'oublierai jamais...

Ici, il se passe toujours plein de choses, plein d'émotion.

______________

Arrivée aux parloirs, pour la première fois, je ne suis pas restée longtemps, à peine 15 minutes.

- Ta sortie est dans presque 2 semaines. Quelle est ta priorité en sortant Fafouin, tu y as pensé un peu?

-Oui, faut que je me trouve une job. Je vais faire une demande d'aide sociale aussi, j'ai pas le choix.
Je vais me faire un peu d'argent en sortant, pour m'aider un peu, je vais cacher des... dans mes bas et le vendre...blabla...

 Je n'entrerai pas dans les détails. Comment dire, et vlan, je recevais tout à la fois: une gifle, un cauchemar, une déception intense en même temps qu'une peine profonde mêlée d'une d'immense impuissance. Mais qu'est-ce que je fais là moi? Je suis un beignet ou quoi? J'avais le sentiment d'avoir été trompée sur toute la ligne, naïve à tel point... Ou bien est-ce la mère en moi  qui ai tant espéré le voir prendre un chemin trop différent de ce qu'il est véritablement? Simplement parce que je souhaite  comme tout bon parent le voir libre en ce monde, qu'il soit heureux? Mon fils ne veut pas suivre le droit chemin. Sa vie c'est de cette façon qu'il l'a choisie et qu'il veut la vivre. D'une évidence...

-Maman, pourquoi tu ne parles plus, qu'est-ce que t'as?

-Bon, écoute, je ne me sens vraiment pas bien là. Je suis en colère, j'ai de la peine, et à la fois déçue. Je croyais sincèrement que tu voulais te faire une belle vie... Je suis désolée mais je pense qu'aujourd'hui, je ne serai pas d'une très bonne compagnie pour toi. C'est trop là. Laisse-moi digérer tout ça d'accord? Maintenant, je dois partir...

- Mais maman, t'es pas sérieuse là???

-Oui. Il faut que je parte. Désolée. Je t'aime.

Je pose ma main contre la vitre et pars.

En quittant, je me suis parlée. Non, c'est pas vrai que je vais commencer à déprimer là. J'étais vraiment décidée à me recentrer sur moi-même sans quoi j'aurais fondu dans le désespoir, en larmes. Et cela m'aurait servi à quoi au juste? Pfff, non... Ajustement. J'ai passé une très belle fin de journée parce que j'en ai décidé ainsi: marche rapide, respirations lentes, soleil, repos.Faut que je m'occupe de moi, toujours.

OK. Il reste 2 semaines avant la sortie de Fafouin. Malgré 10 mois d'emprisonnement, le résultat est ce qu'il est, donc, impossible de l'aider ni le soutenir en quoi que ce à sa sortie. Tiens, je me vois parfaitement lui dire d'aller son chemin. Lâcher prise total: " Mon garçon, vole, vends de la dope, c'est vraiment ce que tu désires, bien fais-le et vas ton chemin!!"

Par contre, il faut qu'il sache que s'il choisit cette direction, il ne pourra pas venir à la maison aussi souvent qu'il le souhaite, de moins en moins en fait  et peut-être un jour plus du tout parce que son mode de vie me fait peur, terriblement peur...



vendredi 22 mars 2013

L'Escalier

Certaines chansons m'ont transformée profondément.
Je partage celle-ci avec vous.


 Fallait-il qu'il soit inspiré, bon sens...
Écrire” L’escalier” à 27 ans, assez impressionnant.
En boucle toujours,  et j’aime tant la chanter, ça me gagne les tripes si vous saviez à quel point.

Paul Piché, un grand auteur-compositeur-interprète du Québec.

L’Escalier
1980


Juste avant d'fermer la porte
J'me d'mandais c'que j'oubliais
J'ai touché à toutes mes poches
Pour comprendre que c'qui m'manquait
C'était ni ma guitare
Ni un quelconque médicament
Pour soulager quelque souffrance
Ou pour faire passer le temps

Pis tout au long de l'escalier
Que j'ai descendu lentement
Parce que sans raison j'aurais r'monté
Parce que sans raison j'allais devant
J'étais tout à l'envers
Parce que c'qui m'manquait
C't'ait par en-dedans
J'me sentais seul comme une rivière
Abandonnée par des enfants

Et pis le temps prenait son temps
Prenait le mien sur son chemin
Sans s'arrêter, sans m'oublier
Sans oublier de m'essouffler
Y'a pas longtemps j'étais petit
Me voilà jeune et plutôt grand
Assez pour voir que l'on vieillit
Même en amour, même au printemps

Alors voilà, je me décris
Dans une drôle de position
Les yeux pochés et le bedon
La bière sera pas la solution...
J'aimerais plutôt que cette chanson
Puisque c'est de ma vie qu'il est question
Finisse un soir dans ma maison
Sur un bel air d'accordéon

Pis les enfants c'est pas vraiment vraiment méchant
Ça peut mal faire ou faire mal de temps en temps
Ça peut cracher, ca peut mentir, ca peut voler
Au fond, ca peut faire tout c'qu'on leur apprend

Mais une belle fin à cette chanson
M'impose de dire c'que j'aurais dit
Si j'avais pas changé d'avis
Sur le pourquoi de mes ennuis
Ben oui, j'allais pour me sauver
Vous dire comment faut être indépendant
Des sentiments de ceux qu'on aime
Pour sauver l'monde et ses problèmes
Qu'il fallait surtout pas pleurer
Qu'à l'autre chanson j'm'étais trompé
Comme si l'amour pouvait m'empêcher
De donner mon temps aux pauvres gens
Mais les héros c'est pas gratis
Ça s'trompe jamais, c't'indépendant
La gloire paye pour les sacrifices
Le pouvoir soulage leurs tourments

Ben oui, c'est vous qui auriez pleuré
Avec c'que j'aurais composé
C'est une manière de s'faire aimer
Quand ceux qu'on aime veulent pas marcher
J'les ai boudés, y ont pas mordu
J'les ai quittés, y ont pas bougé
J'me sus fait peur, j'me sus tordu
Quand j'ai compris ben chu r'venu

J'les ai boudés, y ont pas mordu
J'les ai quittés, y ont pas bougé
J'me sus fait peur, j'me sus tordu
Quand j'ai compris ben chu r'venu

Quand j'ai compris que j'faisais
Un très très grand détour
Pour aboutir seul dans un escalier
J'vous apprends rien quand j'dis
Qu'on est rien sans amour
Pour aider l'monde faut savoir être aimé
J'vous apprends rien quand j'dis
Qu'on est rien sans amour
Pour aider l'monde faut savoir être aimé


Paul Piché, 1980







vendredi 8 mars 2013

La réalité de Fafouin



Bien sûr que j'appréhendais de voir cette émission parce que je savais bien ce qui se passait "en dedans." Mon fils m'en a tant parlé, de long en large, en détail... Je pense que ça lui faisait du bien de se livrer, de se dire, de nommer sa réalité. Par chance, il avait l'opportunité de le faire... Et moi je pense que c'était plus qu' important d'y être mais surtout d'écouter sans juger, simplement en posant ma main contre la vitre. Je ne sais pas trop comment je fais, je ne peux pas le serrer contre moi, depuis maintenant 10 mois.

Chaque semaine, j'affronte le monstre Bordeaux, celui qu'on voit dans le reportage. Pas besoin d'être un AS pour comprendre ce qui se passe à l'intérieur de ces murs. Il suffit simplement de s'y rendre en tant que visiteur d'un détenu pour constater à quel point la situation est désastreuse.

En franchissant les immenses portes de fer vertes, je me dirige vers la petite pièce à gauche et prends vite un numéro, Puis, j'attends debout en me fondant aux autres, entassés comme des sardines. Tiens, la dernière fois, je ne sais pas trop pourquoi, les gardiens ont laissé les portes extérieures ouvertes, on gelait, littéralement. Deux minuscules bancs au fond de la pièce près des machines à "chips", la voici la place qu'on nous fait. Des mamans avec de jeunes enfants en poussette, souvent, des petits bébés naissants, attendent elles aussi debout, comme tout le monde... Celle-là sont définitivement plus fragiles que moi. Je leur tire ma révérence.

Ça m'est arrivé à plus d'une reprise de rebrousser chemin, simplement parce qu'il y a trop de monde, que l'attente est trop longue et qu'au bout d'une heure, le temps des visites est terminé. Tiens "vlan", tout le monde dehors, sans droit de parole. Est-ce qu'on peut s'imaginer simplement la déception du détenu, seul et fébrile à l'attente de recevoir l'unique visite permise de la semaine?

Je me suis adaptée. J'ai compris qu'il valait mieux arriver beaucoup plus tôt, prendre un numéro et joindre l'utile à l'agréable en m'apportant une revue réconfortante. J'y plonge mon regard et lis, ça me fait oublier ce que je vois autour de moi. On m'appelle, numéro untel...Yé! Vite, je  donne mon permis de conduire, me débarrasse de mon sac à main que je dois déposer dans un petit casier cadenassé. Je suis libre quoi! Non, pas tout à fait. Je dois montrer ma petite carte avec permission  de visite avant qu'on ouvre les grands barreaux de fer noirs extérieurs. Comme si ce n'était pas assez, dans la cour intérieure je vois toutes ces fenêtres et barreaux où logent les détenus avant de franchir la porte menant aux parloirs. L'immense crucifix à ma gauche me rassure, en même temps me rappelle la souffrance intérieure de tous ces détenus dont mon fils fait partie.

Encore des barreaux à franchir, jusque-là les gens sont souriants, gentils. Ensuite, silence, tout redevient sérieux, trop. Mon regard se pose sur les gardiennes avant qu'elles n'ouvrent la porte, sourires en moins. Le font-elles exprès pour nous faire attendre? Biiiip!!!  ET PUIS QUOI ENCORE??? Est-ce qu'on s'imagine qu'avec toutes ces restrictions et malgré la vitre qui nous déchire, nous séparant de nos proches, on peut encore avoir l'idée de passer de la DROGUE???? Et de quelle façon, voulez-vous bien me dire??? Désolée mais, de toute évidence, ceux qui passent la drogue doivent nécessairement la lancer par dessus le grillage à l'extérieur ou, bien travaillent à Bordeaux. Bien voilà je l'ai dit, faut que ça sorte. Certains visiteurs excédés, j'en ai été témoin, ont osé le dire aux gardiens et se sont fait menacer d'expulsion s'ils continuaient de s'ouvrir la trappe. Sans commentaires. Nous somment lâchés dans l'arène devant une meute de loups...

Les parloirs de Bordeaux, ouf... Un brouahah de sons, mélange de pleurs d'enfants,  de bébés, de  conversations frères, soeurs, mères, amplifié par ce plafond cathédrale , la chaleur et ce manque d'intimité. Des parloirs désuets dans lesquels les visiteurs doivent se contorsionner  à genoux sur leur chaises  dans le but de défier une table de métal extra-large afin de pouvoir  entendre la conversation de son proche.

Voilà. Bien malgré tout, je peux vous confirmer que mon Fafouin me quitte toujours avec le plus beau des sourires, confiant en l'avenir, stimulé et heureux. Pourquoi? Parce que  même l'endroit le plus minable, la situation la plus pitoyable n'a jamais eu la moindre emprise sur l'amour véritable.


samedi 2 mars 2013

Demain, je serai millionnaire


Je cherchais intuitivement un titre pour ce retour que j'ai, bien honnêtement, désespérément même, souhaité et désiré ardemment depuis janvier 2013, ceci dit, bien humblement.

Je suis travailleuse autonome. De septembre à décembre dernier les temps furent difficiles, J'en arrachais vraiment. Des moments rarement vécus mais somme toute possibles et prévisibles lorsqu'on ne dépend que de soi-même. Le prix à payer pour demeurer libre quoi!

Travailler pour soi implique une grande marge d'insécurité,  et c'est cela le "deal" avec lequel je jongle et vis très bien, merveilleusement bien, depuis toujours. Pourquoi? Parce que ce qui  a compté et compte toujours vraiment le plus pour moi c'est de me consacrer pleinement et entièrement  à ma vie terrestre, en chaque instant, maître de ma créativité, de mes horaire, de mon temps. Cette grande liberté et désir irrépressible de vivre en pleine conscience le moment présent et faire vraiment ce que j'aime n'a, à mes yeux, aucun de prix. Voilà.

 La richesse est bien relative. En de dures moments financiers, jamais je n'ai cessé d'être confiante. Même dans les instants les plus désespérés je me suis toujours fait un devoir de me répéter inlassablement et avec foi : "C'est pas grave parce que demain, je vais être millionnaire."Curieusement, avec cette vision, ce lâcher-prise, je n'ai jamais manqué de quoi que ce soit, ni pour moi, ni pour mon fils. Tout arrivait en temps.

Mais oui, millionnaire, maître de ma vie...

Du plus loin que je me souvienne, il me semble bien que cette révélation m'est apparue chez ma grand-maman paternelle que j'adorais. J'avais 3 ans...

Dans le logement de ma grand-mère, juste en face du parc Molson, dans le quartier Rosemont, il y avait un immense bain à pattes dans cette petite petite pièce sombre sans fenêtres. Un bain à pattes, c'est si impressionnant pour un tout petit, sans la chaleur du soleil. L'unique ampoule "pandouillait" au bout d'un fil au plafond mais n'arrivait pas à me rassurer, il y manquait cette vraie chaleur, celle qui nous réchauffe et rassure. Déjà, la pénombre me faisait entrevoir les pires monstres et je devais prendre mon bain avant le dodo...

-Grand-maman, mets pas trop d'eau dedans?
-Ne t'inquiète pas chère minou, grand-maman va faire attention...

J'avais tellement peur que le bain m'engouffre. Encore plus intriguant ,  je n'osais m'imaginer ce qui se passait  en dessous. Un grand vide immensément noir. Qu'est-ce qui s'y cachait, encore plus terrible qu'en même temps effrayant, oh que tant...

Et pourtant, grand-maman, avec son amour, sa douceur et sa grande bonté, réussissait à mettre de la lumière sur mon insécurité. Il y avait, comme je souhaitais, juste assez d'eau, et la sincérité de son amour remplaçait le soleil  inexistant de la pièce d'eau. Comment dire... Dans la pire noirceur, je retrouvais le soleil.

Chez ma grand-mère, j'étais libre de demeurer moi-même, en tout temps. Grand-maman, t'as pas idée à quel point t'as pu influencer positivement ma vie dans tous les sens du mot, de quoi rester millionnaire pour le reste de ma vie. Un parcelle de toi et d'autres aussi, m'ont permis de danser,  m'inventer des voix, faire de la musique, écrire, rêver, me raconter des histoires à voix haute, autant que je le voulais, en toute liberté, sans jamais être jugée.

 Chez toi j'ai tant dansé, virevolté autour de ta belle grande table de bois, imaginant le théâtre, la musique, les marionnettes et m'y sentais immensément bien. J'y ai puisé à même la source du meilleur de toi et trouvé ma voie.

Et comment ne pas me sentir millionnaire, lorsqu'au jour de ton dernier repos, par un froid glacial. la grande voiture montait tranquillement la route parmi les gigantesques sapins tout blancs des montagnes de Ste-Agathe-des-Monts. Des sapins grands comme ton coeur.  Grand-maman, j'entends toujours ta voix, je t'aimerai toujours xxx