CROIRE QUE LES CHOSES SE PRODUISENT TROP LENTEMENT OU TROP VITE EST ILLUSOIRE. LE SYNCHRONISME EST PARFAIT. CHAQUE CHOSE ARRIVE TOUJOURS EN SON TEMPS... RIEN NE NOUS ARRIVE QUI N'AIT D'ABORD ÉTÉ SENTI ET PENSÉ. POUR CRÉER LE FUTUR, IL FAUT Y CROIRE SANS RÉSERVE.


Auteur inconnu

mercredi 17 novembre 2010

Le visage des barbelés

Elle y était les lundis et jeudis, tout comme moi. Le visage sans expression, taciturne et glacée, cigarette au bec, elle avançait d'un pas résigné, tel le tic tac d'une horloge, vers le parloir, là où son copain l'attendait. Pourtant, elle aurait pu être très belle, elle l'était en fait mais la douleur et la souffrance avait résorbé son visage vers un intérieur vide. Tout au plus 20 ans, enceinte d'au moins 6 mois. D'autres, plus maigrichonnes, avançaient d'un pas ferme, armées de bottes cuissardes aux talons aiguilles, peut-être boulimiques ou anorexiques.

Ceux et celles qui avaient droit à la salle communautaire se tenaient les deux mains, l'un en face de l'autre, se mangeant des yeux, assis sur une simple chaise pliante. Des prisonniers aux traits tirés, essoufflés par trop de lourdeur de vie, des jeunes femmes accompagnant leur détresse et aussi pesantes de trop de vécu...

Puis, des gens d'un certain âge, sortis de nul part, comme moi. Ils viennent voir leur fils. Tiens, je ne suis pas la seule. Ils me sourient, je leur souris, on se comprend, je croise mon miroir...

Tout au long du couloir longeant les parloirs, la baie vitrée laisse entrevoir une vie de liberté, bordée d'arbres allongés de gauche à droite par le vent. C'est si joli, je m'y sens bien, un monde meilleur, là, à leur portée, mais que la majorité ne peut saisir ni sentir...

Puis, ces deux minuscules petites filles tenant la main de leur mère avec chacune un dessin entre leurs mains toutes menues:

"Bonjour papa!."

La pureté chante, et danse et sautille... Elles vont voir leur père en prison. Naïveté et candeur n'ont pas de conscience, ne calculent pas. Leur monde à elles est encore si beau...

Puis j'arrive dans la cabine du parloir où se trouve mon fils. Le regard vif, pétillant, alerte, Fafouin me dit bonjour de son plus magnifique sourire. Il est beau, articulé, prend du muscle et fait du gym, mange bien, jurant avec le reste du décor. Je ne comprends toujours pas ce qu'il fait là,un non-sens. C'est une étoile, il scintille... Mais quand pourra-t-il se l'approprier cette liberté qu'il convoite avec tant d'ardeur, merde! Tenter au moins de libérer un peu le trajet noir, se donner un minimum d'outils pour amoindrir un peu la souffrance!

L'envie m'est forte de le secouer, le brasser , l'engueuler mais, tout a été fait et dit à maintes et maintes reprises dans le passé. Tout a été tenté, vraiment, sans succès. La place est à autre chose, à ses choix à lui. Surtout, tais-toi Nanou, tais-toi. Alors, ne plus rien dire, rien faire, rien espérer, ni suggérer, simplement écouter, rire et échanger, entretenir le lien, me respecter et, continuer à l'aimer et le supporter, là où il est rendu. Cela me semble soudainement si simple et aisé au fond. La légèreté me plaît, c'est plutôt agréable d'avoir des ailes et cela doit continuer ainsi. Ne perds surtout pas le cap...

Fafouin a été libéré lundi. Il est passé en coup de vent à la maison pour prendre quelques morceaux de linge.

"Faut que je me fasse de l'argent vite."

" Ne m'en parle pas veux-tu, je ne veux pas savoir..."


Son père l'attendait dans la voiture.

"Bonjour A. comment vas-tu?". Il ne me répond pas et fixe le regard au loin, fidèle à lui-même, empêtré dans ses démons intérieurs, faut-il s'en étonner...

Mon fils passe de nouveau en cour demain matin et préfère que je n'y sois pas. C'est parfait ainsi. Une petite pause bien méritée pour moi tiens. J'ai une sainte horreur du palais de justice, j'en suis devenue allergique, tellement que je m'en mettrais le doigt au fond de la gorge... Il me tiendra au courant, je me tiendrai au loin, on verra la suite, tout est parfait ainsi...


23 commentaires:

♠ ♠ ♠ Nancy ♠ ♠ ♠ a dit…

*** Bonjour Chère Nanou, tu décris l'univers des parloirs que je ne connais pas et c'est tel que je me l'imaginais. Quelques minutes, quelques heures de partage qui sont si essentielles et si vitales pour les détenus et ceux qui les visitent.
Être maman est bien difficile dans ces situations... aimer et se taire parce que c'est la vie de son enfant, ses choix d'adulte... mais aussi avoir envie de crier, de hurler parce que c'est dur, très dur !
Croisons les doigts pour le Palais de Justice ... je pense à toi, je pense à ton fils, BISOUS ***

NanouB973 a dit…

ça me déchire le coeur ce post, même si on en a parlé

je voudrai te dire encore tant de choses, je voudrai lui dire tant d'autres choses....

la vie est là devant lui
et elle sera belle, dis le lui....
mais il lui faut encore du temps
pour apaiser tous ses tourments...

quand à ce que tu décris, on le voit dans les reportages, les films, on regarde...on sait
mais on ne sait pas ce qu'une mère, une soeur, une épouse ou même une enfant ressent,...c'st dans la profondeur de l'âme

méfie toi d'être trop forte, donne toi la joie de vivre, donne toi le droit de verser encore des larmes
désolée de te dire ça, mais IL LE FAUT
je t'aime fort et lui aussi

herbert a dit…

Bonjour, Nanou.
J'ai tenu ta main, une fois encore en lisant chacun de tes mots et en empruntant ton chemin.
Les derniers paragraphes croisent des regards aux yeux tristes peut-être mais pleins de cette lucidité
qui permet d'avancer et de faire avancer.
Demain...J'y penserai, comme toi.
Et, pour emprunter une expression qui t'est familière, je te reviens, dans quelques jours...
Je t'embrasse bien fort.

Grimimi Sue a dit…

Bonjour Nanou,
Parce que je cherche des mots et que je n'y arrive pas, j'ai chosi de t'écrire un tout petit bout du livre "Mange, prie, aime" de Elizabeth Gilbert.

« Dans leur grande majorité, les hommes ont les yeux tellement obstrués par la poussière de l'illusion, qu'ils ne verront jamais la vérité qui que soit celui qui essaie de les aider.»
"Bonddha"

Tout à coup, j'ai le coeur serré, les yeux mouillés... et je réalise toute la vérité de cette citation.

Je t'envoie de doux et tendres becs chinois.
Sue

Solange a dit…

Difficile d'ajouter des mots à un si beaux texte. Il y a une maman qui espère et qui doit se ménager pour affronter les situations.Mes pensées sont avec toi.Bises.

cryzal a dit…

à chaque fois que tu écris sur Faouin.... je n'arrive jamais a te dire ....ce que je pense ce que je ressens....cela me boulverse évidement...mais ce n'est pas cela ...comme une gène....enfin je te le redis encore une fois toute mes pensées sont avec toi...:) xx

Éléonore a dit…

J,ai marché avec toi...
Quand tout a été dit, ne reste que le silence en effet.
"La place est à autre chose, à ses choix à lui." belle sagesse, grande lucidité.
La balle est dans son camp.

Pour le père, hé bien, la sérénité est loin pour lui...

Jackss a dit…

Bonjour Nanou

Voilà une situation pleine d'émotions contraires. C'est fou tout ce que la vie peut te demander comme courage. Ça me dépasse...

Il te faut surement beaucoup puiser dans tes réserves. Je me demande comme tu fais.

Pierre F. a dit…

La différence entre le lâcher-prise et la résignation, c'est l'espoir. L'espoir fait naître des futurs. Continue à croire en lui. C'est le plus beau cadeau que tu puisses lui faire et te faire.

Air fou a dit…

Quel beau texte et si touchant, si riche en tout, Nanou! Et quelle belle photo, au-dessus, rose à la joue, métaphore pour tant de choses.

Les barbelés en soi sont toujours les plus difficiles à couper. Tu y réussis, toi, nous espérons toutes et tous avec toi qu'il en fasse autant, un jour, quand il sera prêt.

Zed xxx

Une femme libre a dit…

Quel monde vous nous faites découvrir là, Nanou! Il y a de la beauté dans l'oeil de celle qui regarde et vous avez su voir l'innocence, l'amour et la candeur aussi bien que la douleur et la souffrance.

Laluna a dit…

C'est la gorge nouée que Mister et moi avons pris de tes nouvelles en ce samedi de novembre.
Ton texte est magnifique et d'une telle émotivitée.
On y est avec toi, on voit ces deux petites filles.
On voit surtout les étoiles et tout le brillant dans les yeux de ton Fafoin.
Par la magie du cyberespace nous t'envoyons un millier de tonne d'énergie ensoleillé.

Et ça sonne peut-être un peu fou, mais on te cite souvent, on parle souvent de ce qu'on trouve ici.
Ce n'est pas tout à fait ce qu'on trouve chez nous, dans notre maison, et nos coeurs.
Mais ce n'est tellement pas loin.

Zoreilles a dit…

Ce billet est bouleversant, Nanou, à trois reprises, j'ai eu les yeux pleins d'eau :

Quand les minuscules petites filles ont dit « Bonjour Papa » avec leur dessin dans les mains, c'est leur joie de vivre et leur candeur qui m'a touchée.

Quand t'as vu Fafouin, et tout ce potentiel qu'il a, que tu lui reconnais toujours autant, mais qu'il ne semble pas voir pour le moment. Ton espérance aimante.

Et ta force intérieure, ta sagesse, ta vérité, ta lucidité, ta quête d'un peu de légèreté devant ce présent et cet avenir auxquels tu aspires pour lui beaucoup plus que pour toi. Tellement de souffrance, d'abnégation et d'amour là-dedans que ça m'émeut. Comment la vie peut être si dure pour une personne si aimante? Tu dis souvent les mêmes mots que mon frère, entre autre au sujet des présences au Palais de justice. Lui, il n'est même plus capable de passer devant sans ressentir un malaise même physique... C'est dommage qu'il ne fréquente jamais les blogues, je lui aurais suggéré le tien. Tu fais tellement de bien, Nanou. ♥

Moukmouk a dit…

je t,envoie un paquet de tendresses... tu fais ce qu'il faut comme il faut, bravo... même si c'est dur.

Jackss a dit…

Bonjour Nanou,

J'aurais envie de le secouer, le brasser , l'engueuler mais, tout a été fait et dit à maintes et maintes reprises dans le passé. Tout a été tenté sans succès. La place est à autre chose, à ses choix à lui.

Je suis revenu te lire. Ton texte est riche en événements, émotions, réactions et réflexions de toutes sorte.

Cette phrase que je reprends, j'ai eu l'occasion de me la répéter bien des fois. Elle me parle tellement. Mais la vie m'a appris une chose: le temps fait son oeuvre. Même si rien n'y parait, tout ce que tu as fait et dit finira par apporter ses fruits.

Je le pense sincèrement et je suis, comme tous ceux qui viennent ici, avec toi de tout coeur.

Nanou La Terre a dit…

Nancy,
oui, tu l'exprimes si bien.Si difficile de devoir se taire alors qu'on connait toute l'intelligence et le potentiel, mais, il n'est pas prêt.
Et lorsque quelqu'un n,est pas prêt à voir la lumière, rien ni personne n'y peut rien, même avec tout l'amour... Merci beaucoup...

Nanou,

lorsque je regarde ses yeux vifs et brillants, je lui dis et répète simplement que j'ai confiance en lui, en le regardant droit dans les yeux. Le reste lui appartient.

Nanou, tu sais, je suis loin d'être toujours de marbre. je ne fais jamais semblant... Il nous est arrivé de verser des larmes au travers la vitre et moi d'éclater en sanglots lorsque je reprenais le volant, au sortir de la prison. Le plus important pour moi, c'est de ne pas me laisser envahir, je lutte, je lutte... bien important. Je me permets de pleurer un bon coup solide et je repars car, ma vie à moi, elle est belle...Que puis-je lui laisser de mieux comme héritage ...

Herbert,

merci de cette si grande générosité de coeur... Le cercle continue. Il ne s'est pas présenté à la cours. Sou mandat d'arrestation. Je lui donne tout au plus 10 jours avant qu'il ne se fasse récupérer...À suivre...je crois que cette année, Noël se passera en incarcération...

À tous,

je vous reviens pour commenter chacune de vos si gentilles réponses...

Nanou La Terre a dit…

Grimmimi,

l'aimer, tel qu'il est et où il est rendu. C'est ça l'important pour le moment, l'essentiel. Il sait qu'il aura une mère sur laquelle il pourra toujours compter s'il veut s'en sortir.

Solange,

merci beaucoup...L'espérance est dans son regard, je le vois, mais pas lui... Il est venu en vitesse ce soir, chercher quelques morceaux de linge.

Cryzal,

bonjour à toi! Ici, la parole est à vous tous et tu peux dire sans gêne Cryzal... Merci beaucoup... Mon équilibre n'est pas brisé.

Éléonore,

merci beaucoup. Ça faisait longtemps que je voulais écrire ce billet. Je cherchais les mots justes, face à ce que je ressentais lorsque j'allais là-bas. ce fut des moments privilégiés et, malgré tout, des instants de bonheur... J'ai pu oublier la vitre qui nous séparait.



Jackss,

non, s'il te plait, ça demande simplement de l'ouverture. Et c'est ce que j'ai fait en me pointant là pour la première fois. Lorsqu'il y a ouverture, le reste vient automatiquement sans trop de souffrances.
Je n'ai pas de réserve Jackss, je prends simplement soin de moi, c'est tout. Je ne cours pas, j'aime mon travail qui n'en est pas un en fait, j'ai du temps à moi dans une journée, je prends des marches, fait du gym.Et, je me permets de pleurer lorsque l'envie me prends mais, sans que cela vienne m'envahir.

Pierre F.,

bonjour, ça me fait toujours plaisir tes petites visites. Bien sûr qu'il y a espoir. La force est dans ses yeux Pierre...

Air Fou,

merci beaucoup c'est gentil.Rose à la joue? Tiens, je n'avais pas porté attention! Et, merci d'espérer avec moi... xxx

Une femme libre,

un monde tellement empreint de sentiments éparses mais surtout d'amour et de souffrance à la fois. Tout le monde a besoin d'être aimé.
Je n'ai jamais vu autant d'ardeur et de désir dans un seul touché des mains.L'attente, la séparation forcée...
Le dessin des petites filles... Elles ne savent pas elles mais moi je m'en rappellerai toujours...

Laluna,

je suis heureuse d'avoir réussi à dire en mots tout ce que je ressentais en allant là-bas. C'est ce que je voulais partager avec vous tous.Merci, merci beaucoup...
Pour le reste, je comprends fort bien mais je suis à la fois contente que tu puisses le partager et en trouver un certain réconfort aussi. xxx

Nanou La Terre a dit…

Grimmimi,

l'aimer, tel qu'il est et où il est rendu. C'est ça l'important pour le moment, l'essentiel. Il sait qu'il aura une mère sur laquelle il pourra toujours compter s'il veut s'en sortir.

Solange,

merci beaucoup...L'espérance est dans son regard, je le vois, mais pas lui... Il est venu en vitesse ce soir, chercher quelques morceaux de linge.

Cryzal,

bonjour à toi! Ici, la parole est à vous tous et tu peux dire sans gêne Cryzal... Merci beaucoup... Mon équilibre n'est pas brisé.

Éléonore,

merci beaucoup. Ça faisait longtemps que je voulais écrire ce billet. Je cherchais les mots justes, face à ce que je ressentais lorsque j'allais là-bas. ce fut des moments privilégiés et, malgré tout, des instants de bonheur... J'ai pu oublier la vitre qui nous séparait.



Jackss,

non, s'il te plait, ça demande simplement de l'ouverture. Et c'est ce que j'ai fait en me pointant là pour la première fois. Lorsqu'il y a ouverture, le reste vient automatiquement sans trop de souffrances.
Je n'ai pas de réserve Jackss, je prends simplement soin de moi, c'est tout. Je ne cours pas, j'aime mon travail qui n'en est pas un en fait, j'ai du temps à moi dans une journée, je prends des marches, fait du gym.Et, je me permets de pleurer lorsque l'envie me prends mais, sans que cela vienne m'envahir.

Pierre F.,

bonjour, ça me fait toujours plaisir tes petites visites. Bien sûr qu'il y a espoir. La force est dans ses yeux Pierre...

Air Fou,

merci beaucoup c'est gentil.Rose à la joue? Tiens, je n'avais pas porté attention! Et, merci d'espérer avec moi... xxx

Une femme libre,

un monde tellement empreint de sentiments éparses mais surtout d'amour et de souffrance à la fois. Tout le monde a besoin d'être aimé.
Je n'ai jamais vu autant d'ardeur et de désir dans un seul touché des mains.L'attente, la séparation forcée...
Le dessin des petites filles... Elles ne savent pas elles mais moi je m'en rappellerai toujours...

Laluna,

je suis heureuse d'avoir réussi à dire en mots tout ce que je ressentais en allant là-bas. C'est ce que je voulais partager avec vous tous.Merci, merci beaucoup...
Pour le reste, je comprends fort bien mais je suis à la fois contente que tu puisses le partager et en trouver un certain réconfort aussi. xxx

OiseauBird a dit…

tres touchant, tres emouvant, tu ecris si bien
et tu vis un calvaire.....que dire, que faire,,,terrible pour toi
je t'embrasse tres fort

Nanou La Terre a dit…

Oiseaubird,

merci beaucoup...

Non, non, je ne vis pas un calvaire, j'expérimente et apprends simplement et je veux partager avec vous tous et vous dire que tout est possible et qu'on peut être heureux malgré tout.

L'aubergiste en devoir a dit…

Chère Nanou,

il y a longtemps que je n'ai pas eu le temps de vivre ma vie virtuelle. J'ai parfois l'impression d'avoir déserté des êtres magnifiques et je m'ennuie de mon cercle.

Je reviens en même temps que la sortie de ton fils. Ton texte est très émouvant et tellement rempli d'amour. Ça sue à grosses gouttes par tous les pores de l'écran.

Que dire de plus sinon que j'espère que monsieur Fafouin est conscient de la chance qu'il a d'avoir une maman qui l'aime autant de toutes les manières.

Magnifique texte! Je vais définitivement essayer de rester dans le coin.

Nanou La Terre a dit…

Zoreille,
oui, ces petites cocottes, je les aurais bien pris dans mes bras... Et ce Fafouin, tant de contrastes avec le reste. Je me demande quelques fois si c'est moi qui me fais des idées...
Merci Zoreille,ça me gêne là... Tu sais, la légèreté c'est un devoir de la trouver et je suis certaine que tu serais rendue au même endroit que moi si tu vivais la même chose. Comme ça, vu de l'extérieur, on se dit tout le temps comment les gens font mais, c'est qu'on n'est tout simplement pas dedans. L'homme possède une très grande capacité d'adaptation.

Ma vie n'est pas dure,moi, je fonctionne très bien et suis heureuse, c'est la sienne qui l'est Zoreille, et c'est à sa vie que je pense.
Dommage que ton frère ne vienne pas sur les blogues, on pourrait s'encourager et, pour m'en avoir parlé, je sais ce qu'il vit.
Merci beaucoup de ta fidélité, de tes bons mots, cela me touche beaucoup...

Moukmouk,

merci beaucoup... Ça me fait toujours plaisir lorsque je vois ici le visage au gros nez noir! Je ne sais pas si c'est ce qu'il faut et comme il le faut, mais tout ce que je sais c'est mon feeling intérieur qui me dicte quoi faire.

Jackss,

et je sais aussi ce que tu vis... Tu es un pro en la matière, avec tes années d'expérience derrière toi. Alors, je vais suivre le guide... Le temps fera sans doute son oeuvre. Merci pour ton appui si chaleureux et ton espérance, ça fait du bien...

Nanou La Terre a dit…

L'aubergiste,

ça c'est une belle surprise, effectivement ça faisait longtemps!

La sortie de mon fils sera sans doute de courte durée mais, en ce moment, il est libre. Fafouin n'est, pour le moment, conscient d'à peu près rien. Il n'est pas prêt à avancer sur le chemin de la vraie liberté qui exigerait de lui un long travail sur lui-même. C'est comme ça, il faut accepter.
Merci de tes bons mots, c'est gentil... Je vais aller faire aussi un petit tour de ton côté, ça fait aussi très longtemps!
Bizous xxx