Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

lundi 10 octobre 2016

Changement de cap


Se priver de douceur
Et de la  tendresse
La plus sincère 
C’est comme
Administrer une gifle
Au visage de la vie
Qui, elle,
Est toujours 
Infiniment bonne
Pour nous.

Eh, toi,
Vent d’amour,
Écoute…

Elle n’a nul besoin
De s'assurer 
Qu’elle peut posséder. 
Où reposent-ils
Ces temps anciens,
Si lointains,
Où l'envie de charmer
À tout prix
S'exposait en première?

Simplement être,
Ah là, c'est bon,
La vie,
La pulsion de vie
Au naturel

Femme-fille
Et femme-enfant
Se confondent,
Ne formant
Qu'une seule
Et même femme.
Cheveux poivre et sel
Allez,
Vaguez au vent


Goûter son désir à lui,
Avec ses yeux à elle.
Le respirer,
Au même instant que lui
Ce désir.
Le souffle coupé
Du trop plein,
S'arrêter
Et recommencer...

Humer l'effluve
Si sécurisante
De son cou,
Effleurer avec finesse
Sa tempe,
Du geste lent
Et authentique.
Patiemment,
Elle dérobe le silence
Qui s'invite
En minutes, en heures.

Et là, 
Oh, magie...
L'homme s'endort
Sans résister,
Sur sa poitrine.
Et ses yeux de femme
Savourent encore
La beauté du tout,
Émue.
Le voici, l'abandon...


Elle t'offrira
Un tout autre langage,
Bien au delà 
De la sexualité
À l'état brute,
Plaisir des sens,
Tendre, tendre le désir.

Parce que la sexualité
Devient l'unique canal
Servant de pont
À la jonction 
Des âmes.
Il n'y a que ça...

Elle te parle
Comme elle le sent.
Changement de cap,
Elle est ailleurs…

Pénétrer d'amour 
La jambe,
Par une caresse 
Des plus divines

Elle te raconte
De sa main chaude,
Serrant autrement
L’entre-cuisse,
Celle qui 
Murmure à l’oreille:

J'y suis cher
Oui, j’y suis,
T'écoute, te respecte
Et te serre en mon coeur

Ma main t'aime,
Totalement.
Prends, prends,
Cher amour...
Ouvre ta bouche
Et accueille 
Le vent de silence
Avant de t'y fondre

jeudi 8 septembre 2016

Le retour du vent

Celui qui se heurte
Contre lui-même
Quelque part,
S'observant là,
Flotter à la dérive,
Meurt à petit feu
Emportant avec lui
Son désir d'amour
Totalement inassouvi

Où se cache-t-il,
L'homme,
Qu'elle puisse
Le humer à souhait
Et se remplir
Démesurément
De son odeur

Qu'il lisse ses hanches
Tendrement
Ou s'y agrippe
Férocement
Qu'il puisse,
Tout, tout...

Contempler
De nouveau
L'homme mûr,
Si présent...
S'émouvoir
Devant son abandon
Le plus total,
Laissant mourir en elle
Sa source de vie

Elle en jouit
Dans son âme
De l'éclat du spectacle

T'es beau l'homme...

vendredi 15 juillet 2016

Le satellite lunaire

-Eh, Mlle Nanou, je vous ai posé une question!

-Oui oui, quoi???

Et c'est là que je devais obligatoirement sortir de ma bulle. Au début, il m'appelait gentiment par mon prénom mais très vite ce fut : " Eh, le satellite lunaire!" avec un beau sourire en coin, sans malice. Je l'aimais beaucoup ce prof-là... C'était le premier professeur masculin que j'avais. J'étais en 6e année.

J'ai toujours été dans ma bulle, mais là, je savais qu'il y avait quelqu'un qui m'acceptait comme j'étais. Étrangement, j'entendais tout ce qui se disait, mais c'était comme remisé dans un petit coin, à l'écart. Ma vraie vie, celle qui pétille, celle qui vibre, se passait ailleurs, dans un monde intérieur parallèle à la réalité du moment. Un monde de magie, de voyage imaginaire, de musique, de tout, sauf d'école. Pourtant, j'apprenais très bien. Deux cerveaux, deux vies.

En 1ère année, je me suis vite rendue compte de l'immense injustice des méthodes pédagogiques archaïques du temps. La méchante sorcière, appelée maîtresse, nous classait par ordre de compétence dans nos bulletins; la 1ère de classe dans la première rangée en avant à droite et le dernier dans la rangée de gauche, tout au fond. Je haïssais cette méthode  où on classait les petits enfants comme des pions et fut éprise de justice et de compassion pour ce dernier de classe que la "maîtresse" s'empressa de rabaisser jusqu'à la fin de l'année. Le petit était tellement terrorisé que  ses yeux devenaient  remplis d'eau et  il faisait des bulles avec sa bouche, comme un poisson, au lieu de répondre aux questions. J'avais volontairement décidé de ne parler à personne et de manger ma pomme, seule dans mon coin, à la récréation, et ce, tout au long de l'année, en guise de révolte intérieure. Je n'étais pas malheureuse pour autant. J'avais simplement décidé que je n'embarquais pas dans ce système.

Quand j'entrais pour la première fois dans une nouvelle classe, je me précipitais vers l'arrière, c'était une question de survie et cela n'avait rien à voir avec le traumatisme des classements par bulletins. Idéalement, dernière rangée à gauche, dernier pupitre au fond, près des fenêtres, sinon, dernière rangée à droite, dernier pupitre, près du mur. Je me rappelle de ma 7e année où le professeur avait insisté pour que je sois à l'avant complètement, en espérant que je sois plus attentive. C'était horrible.  Non mais, elle n'avait rien compris elle... Profondément introvertie, fallait que je survive moi-là, j'avais tellement protesté haut et fort pour défendre mon point de vue qu'elle avait abdiqué. J'ai donc pu récupérer le banc de mes amours, dernier rang à gauche,  dernier pupitre devant les fenêtres. Libération...

Être et demeurer un satellite lunaire comporte cependant certains désavantages un peu troublants, et non négligeables, je dois le dire. Comme:

Chercher désespérément son 3e téléphone en vain et le retrouver en fin de soirée, dans le frigo, bien refroidi, au beau milieu du plat à salade.

Ou bien,  il y a 2 semaines...

Mon fils est venu souper  à la maison en compagnie de sa petite amie et en soirée, je suis allée les reconduire tout près de chez moi, chez un copin. Ensuite, il faisait beau et j'ai décidé d'aller prendre un cornet de crème glacée avant de rentrer.

Le lendemain matin, je prends mon déjeuner, fais de la grosse bouffe en chantant et vers 13 hres, décide d'aller faire des emplettes. Jusqu'ici, tout va bien, malgré le fait que tout ce temps, j'étais devant ma fenêtre qui donne sur mon entrée d'auto.

Je sors donc et, oh, pas de voiture... Je me suis fais cambrioler ma voiture! Je sonne chez le voisin pour lui demander s'il n'aurait pas entendu un bruit la nuit passée:

-Je ne comprends pas. Pourtant, ici, c'est toujours super tranquille, il n'y a jamais de vol...

-Moi non plus je ne comprends pas comment quelqu'un pourrait s'intéresser à une vieille Toyota Corolla 2002. Enfin. Je vais demander à mon fils...

Certains lecteurs se rappelleront peut-être que mon fils Fafouin, à l'âge de 14 ans, s'était enfui en pleine nuit avec ma voiture en faisant du 180km / hres sur l'autoroute.

J'appelle donc mon fils:

- Fafouin, t'aurais pas pris ma voiture hier par hasard?

Insulté, mon fils me répond:

-Bin voyons donc maman, c'était une folie d'adolescence, je ne ferais jamais ça là!!!

En fermant la ligne, j'avais un tit brin de larmes au coins des yeux. Ma Toyota 2002 que j'aime tant...

Convaincue que des jeunes l'avaient empruntée pour un petit trip et ensuite déposée sur une rue voisine, je suis sortie pour aller vérifier les alentours. Rien en vue. Puis, je vois une voiture patrouille me passer sous le nez. C'est à ce moment que me mets à courir vers eux comme une déchaînée en gesticulant haut et fort.

La voiture de police s'arrête dans le petit stationnement du centre d'achat derrière chez moi.

-Bonjour Madame.

-Bonjour. C'est que je me suis fait voler ma voiture...

Ils prennent les renseignements, regardent sur leur écran.

- Non, on ne voit rien. Quel est votre numéro de plaque Madame?

C'est là que ça se gâche...

En rentrant le numéro de plaque, il y eut comme un grand grand silence. Ils se sont regardés et...


-Madame, c'est que votre voiture est derrière la nôtre. On voit la plaque dans notre rétroviseur.

 Je pense que je me serais fondue instantanément dans l'asphalte...  Tout me revient. La veille, je me me suis arrêtée à la crémerie avec ma voiture, ce que je ne fais jamais car je demeure derrière. Ensuite j'ai laissé ma voiture là avec les 2 fenêtres toutes grandes ouvertes. De plus, mon siège arrière était rempli de stock! Wow... Et je ne me suis rien fait voler... 

- Je m'excuse, ça me revient là... Je pense que c'est la journée où j'ai eu l'air la plus folle.

-Inquiétez-vous pas Madame, on va garder ça pour nous...

___________

Ce soir, en revenant de faire mes courses, j'ouvre la porte de ma voiture et m'installe bien confortablement , ceinture et tout et je mets la clé... Bizarre, ça sent pas ma voiture là et en plus, les bancs... J'ai pas des bancs gris avec des petits points dedans moi-là, ni un chargeur de cell... Merde, c'est pas ma voiture!

Oups, "envoueille" on décolle de d'là au plus sacrant!

Bin quoi, elle était débarrée cette voiture...


mardi 12 juillet 2016

Fafouin...

C'est que ça n'arrive vraiment pas dans un bon moment. Faut que je fasse de quoi là, immédiatement, drette là!

Messagerie Facebook, Fafouin me réclame... 

ANALYSE RAPIDE, APPROCHE RAPIDE POUR UN FILS DEVENU UN HOMME,

Exécution!


-Salut maman. Est-ce que je peux venir à la maison? Ça va vraiment pas...

-Ça ne pourra pas être avant 17 hres Fafouin. Qu'est-ce qu'il y a?

-Je me suis chicané...

-Et?

-Elle m'accuse de quelque chose que j'ai pas fait...

-Ah bon, et quoi au juste?

Silence totale....


-Bon. Je ne sais pas c'est quoi mais, peu importe la situation: Es-tu capable de te mettre dans sa peau et de saisir pourquoi elle t'accuse injustement? Et ensuite, de pouvoir comprendre et de lui renvoyer en mots ce qu'elle ressent pour lui signifier que tu comprends ce qu'elle vit en dedans d'elle?

Long silence et réflexion (sans doute, je l'espère...), puis plus rien.

Entre-temps, je suis allée souper avec ma soeur chez maman. Superbe soirée.  Je ne me suis pas occupée du 17 hres, j'avais confiance.


Au retour chez moi, pas de catastrophe, pas de drame, hourra...

Messagerie facebook...

-Alors finalement, tu as pu te débrouiller et régler ton problème?


-Oui

-Super...


Fin de la discussion.

samedi 9 juillet 2016

La force de maman

Au lendemain de la coloscopie, mon frère est venu chercher ma maman pour prendre la relève et la ramener chez elle. Et le lendemain, elle m'appelle:

-Nanou, je sens que vous me cachez quelque chose...

-Quoi donc?

-Et bien, je sens qu'i y a quelque chose qui se passe. Votre attitude, et aussi, j'ai une drôle de sensation...

-Peux-tu m'expliquer maman?

- Et bien c'est comme dans un rêve...

Alors, j'y suis allée très très doucement:

-Tu te rappelles que tu as passé des examens à l'hôpital?

- Oui mais c'est flou...

- Le médecin est venu nous voir et t'a d'abord dit que tu faisais de l'anémie et c'est pour cette raison que tu as passé cet examen.

-Ah, ok, je me rappelle de la suite maintenant mais je pensais que j'avais rêvé.

-De quoi te rappelles-tu maman?

-Et bien, je pense que j'ai une tumeur...

-Oui...

- C'est un cancer je crois...

-Oui...

Te rappelles-tu du traitement et ce qu'il en pensait le médecin?

-Non.

- Et bien, il faudrait de la chimio, une opération, un sac, ensuite de la chimio et enlever le sac.

-Hum...

- Tu veux ce traitement maman?

-Oh non!!! Écoute, j'ai 85 ans et puis, faut bien que je meurs de quelque chose un jour! Non non non! Je vais continuer ma vie et rester positive, ça finit là.

- Je trouve que c'est une excellente décision et c'est ce que je t'ai aussi dit à l'hôpital. Et puis, tous les trois, on sera là pour toi. Sois rassurée, tout va très bien aller. Veux-tu que j'aille te tenir compagnie là maintenant?

-Non non. Je me sens simplement soulagée et je vais très bien dormir...

_____________

Je suis allée chercher son médicament d'exception pour sa mémoire, à la pharmacie:

Mylan Galantamine. Ce médicament est utilisé pour le traitement de l'Alzheimer et stoppe la progression de la maladie. Il  produit son plein effet après quelques semaines.

Dans quelques semaines... Puis, je me retrouve dans une grande bulle. Elle est là depuis le début  du diagnostique, la bulle intérieure, elle est faite de silence, d'inconnu et d'une bien étrange insécurité que je n'avais jamais ressentie auparavant. Sera-t-elle encore là ma maman dans quelques semaines? Puis, l'image d'un sapin de Noël me passe rapidement en tête. Je craque. Dans mon coeur ça n'allait pas là...

Je sais  bien qu'il y aura 
Un pendant et un après, 
Une vie avec 
Et une vie sans toi maman.

____________

-Tiens maman ton médicament. Il faut le prendre en mangeant, le matin.

Elle est bien chez elle,  songeuse, elle regarde ses chats. Je la sens insécure...

-T'inquiète pas maman. Tu sais que tes chats seront en sécurité avec Jimmy si ça ne va pas bien. Et puis, si tu es trop faible pour rester chez toi, bien, c'est simple, tu t'en viens chez moi. Tout va bien aller, on va s'arranger tous ensembles pour toi.

____________

Lundi passé, ma soeur et moi sommes allées au CLSC. L'enfer du système actuel... Ça fait 1 mois que le médecin a fait la demande pour une évaluation et des soins. Il fallait qu'ils m'appellent, moi, et ils ont appelé maman qui ne se rappelle plus de rien.

-C'est qu'on a des cas très très urgents...

-C'est que le cas de ma mère est très urgent aussi. Elle vient d'avoir un diagnostique de cancer. Elle est en phase terminale, elle est encore chez elle et ensuite, on veut s'en occuper. On a besoin de soutien pour tout ça...

- Je vais demander à l'infirmière de vous rappeler aussitôt que possible.

En sortant, ma soeur qui travaille comme préposée aux soins palliatifs me dit:

- Si tu vois qu'ils ne t'ont pas rappelé aujourd'hui, rappelle demain matin, et le surlendemain, tant qu'ils ne te donnent pas un rendez-vous. Demeure gentille mais ferme.


______________

Mon premier appel a tellement porté fruit qu'un infirmier m'a contacté. Bingo. Le processus CLSC est enclenché. On a dans un premier temps un long rendez-vous téléphonique  lui et moi lundi prochain.

Entre-temps, après avoir versé toutes les larmes de mon corps pendant 2 jours, me revoilà debout, en forme, fraîche et dispose. Je ne demeure jamais bien longtemps à l'état de larve. Et puis, mes grands amis sont tellement présents pour moi, je leur en suis vraiment reconnaissante.

Mon attitude intérieure a basculé pour le mieux. Aller hop! Me voilà en train de préparer pour maman des mixtures de sorcière, anti-cancer. D'abord, miel bio et gingembre frais râpé. 2 à 3 cuil. à table par jour. Aussi, légumes et jus de légumes frais, le plus souvent possible. Bannir le sucre, tous les produits laitiers et remplacer par le soya. Continuer à manger noix, graines, tofu, fruits frais. Ce qu'il faut c'est cesser de nourrir les cellules cancéreuses. Et bien quoi, si on n'essaie pas, on ne saura jamais! Et ça me donne en même temps une petite idée de comment je me comporterais moi-même si j'avais cette merde à l'intérieur de moi. Ne pas nourrir l'ennemi, voilà!


______________

Ma soeur,

je me doutais bien qu'elle allait me sortir ça à un moment...

- Tu sais Nanou, j'en ai parlé à mes collègues à l'hôpital et il semblerait que ce soit très très difficile à vivre et...

-Et quoi? C'est déjà tout réfléchi, et je ne reviendrai pas sur ma décision. Si maman est top faible pour demeurer chez elle, je la prendrai chez moi,  point final, c'est tout. Chatou, toutes les décision de ma vie je les ai toujours prises en plongeant dans l'inconnu, avec mon coeur, et je n'ai jamais rien regretté. Je ne vois pas pourquoi ça changerait aujourd'hui. J'accepte l'inconnu, un jour à la fois et je sais que j'aurai  tout le support nécessaire autour de moi  lorsque le moment viendra.


C'est ça qui est ça. Pour le moment, il n'y a rien de grave là, on s'entend, pourquoi s'énerver. Au pire, maman est frustrée de s'être fait lessiver par moi au scrabble. Ça fait 40 ans qu'on joue ensembles et on continue. La vie est belle! On s'inquiétera à un autre moment...







vendredi 1 juillet 2016

Ma petite maman d'amour

Je suis devenue la maman de ma maman.

Elle souffre de Parkinson, tremble beaucoup, a de grandes pertes d'équilibre, dort beaucoup, s'essouffle à rien et sa capacité cognitive à court terme a chuté de façon fulgurante depuis 3 mois. 

Je ne la laisse plus partir seule. Il y a deux semaines, au moment où je barrais ma porte extérieure pour aller la reconduire, elle s'est écroulée à côté de moi. J'ai tout juste eu le temps de rattraper sa tête pour éviter qu'elle ne s'assomme sur le ciment. Depuis décembre dernier, elle fait de l'anémie et son médecin lui avait donné un papier pour rendez-vous avec un gastro-entérologue. Elle a oublié de le prendre. Et moi, je ne savais pas. C'est en l'accompagnant chez son médecin il y a 3 semaines, que cette dernière s'est rendue compte qu'elle n'y était pas allée et s'est vite empressée de la faire voir par un spécialiste.

Je l'ai préparée et accompagnée pour une coloscopie. Avant-hier, le diagnostique est tombé comme une douche glacée. Cancer colorectal. Tumeur maligne. Le spécialiste n'a pu complété l'examen, l'espace étant trop restreint. La seule avenue possible; chimio, opération et chimio ce qui serait inhumain de faire subir ça à ma mère étant donné son état actuel et son âge. Sous le choc, maman est demeurée sidérée, profondément peinée et recroquevillée dans sa bulle. Je l'ai prise dans mes bras et l'ai rassurée, que tout allait bien se passer, qu'on serait là pour elle.

Puis, je suis allée voir le médecin en tête-à-tête:

- Combien de temps il lui reste à vivre? S.v.p. dites-moi, j'ai besoin de savoir.

-C'est difficile à dire...

-Vous avez une petite idée quand-même en voyant la tumeur, dites-moi s.v.p.?

-Et bien, d'après ce que je vois et par expérience, s'il n'y a pas de métastases, tout au plus un an. S'il y a des métastases, je vous dirais tout au plus 3 mois à vivre. Vous savez, si vous avez des questions, surtout n'hésitez pas à me contacter, je suis là pour ça.

Je l'ai chaleureusement remercié. Et dire qu'en mars dernier j'avais senti cette odeur si caractéristique de la mort en m'approchant d'elle. J'étais troublée et me suis demandée pourquoi cette odeur m'arrivait sous le nez aussi subitement. Elle était pourtant en pleine forme à ce moment-là. 

Je l'ai gardé 2 jours chez moi, il fallait qu'elle soit surveillée à cause des analgésiques qu'on lui avait administrés. Elle s'est installée dans le fauteuil, pleurant à chaudes larmes:

 "Mes petits chats, qu'est-ce qu'ils vont devenir..."

Elle voulait repartir chez elle. Elle ne comprenait pas pourquoi elle devait demeurer ici.
À un moment, elle s'est levée et m'a dit: 

"Je m'en retourne chez moi à pieds!!!! Arrête de faire ton petit bosse et de vouloir me contrôler!!!"

C'est tellement pas ma mère ça... J'ai contacté mon frère qui a tenté aussi de la raisonner. Elle lui a répété la même chose en lui raccrochant la ligne au nez. J'ai pu finalement lui faire accepter de se reposer dans mon lit.

Après sa longue sieste, elle était de si bonne humeur et ne se rappelait plus de rien, ni de l'examen, ni du diagnostique de cancer. Elle se demandait ce qu'elle faisait dans ma chambre. Nous ne lui en reparlerons pas, à moins qu'elle ne nous en parle...

Lorsque j'eus terminé de donner mes cours, maman dansait dans le salon au son d'une valse avec ma petite chienne Adèle dans ses bras. Je photographiais cette image sublime dans ma tête et souriais. Elle était tellement belle ma petite mimi d'amour. J'aurais voulu qu'elle danse comme ça pour le reste de sa vie, sans souffrance, sans cancer. Elle était si heureuse...

Plus tard, elle est allée s'étendre de nouveau dans mon lit, se couvrant avec le haut de mon pyjama. Je me suis empressée de lui offrir une couverture qu'elle a refusée en me murmurant de sa voix si douce les plus beaux mots d'amour de la terre:  "Non Nanou, je veux garder ton pyjama sur moi, parce que ça sent toi."

Devoir accepter l'inacceptable. Perdre ses plus solides repères. Ma petite maman d'amour va mourir bientôt. C'est ça la réalité. Je me sens dans un état second en même temps que remplie d'une surdose de capacité d'amour au dedans de moi juste pour elle.

J'ai annulé mon séjour aux Éboulements. Je me sens incapable d'y être, loin d'elle. Et je suis tellement heureuse chez moi avec toutes ces fleurs, ces arbres que j'ai plantés et le potager que j'ai fait dans ma cours arrière. 

Ma soeur, mon frère et moi formeront la meilleure équipe du monde.

Ma place est auprès de celle qui nous a tant aimés et donnés...

dimanche 5 juin 2016

Rencontre


À peine eut-il 
Prononcé son prénom
Qu'elle se retourna 
Et le vit avancer au loin 

Le pas léger et sautillant 
De la petite gazelle frêle 
Ou l'enfant qui part 
À la découverte de la vie. 
Il avait ce bonheur
Limpide et vierge
En son coeur, 
Une âme à la découverte 
Du meilleur de tout 
Un petit poisson dans l'eau 
Tout frétillant 

Elle souriait 
Son coeur de femme
Se sentait émue 
D'avoir le privilège 
De sentir si profondément 
Son âme. 
Mais quelle pureté
Douceur
Quelle bonté...

Un film se déroulait au dedans
Synchronisé avec l'extérieur
Spectatrice de cette séquence de vie
S'assurer de n'y rien perdre
En sa mémoire

Se sentir si bien
En totale harmonie
Et savourer, simplement
La beauté de l'image...

Révélation inattendue
À la fois mystérieuse
Et troublante
Fixée 
Dans un espace-temps
Tout autre

La connaissance là
Comme un présent du coeur

Ne rien désirer de plus
Qu'écouter le silence
De cet instant
Et dire merci
Au dedans de soi
Tout discrètement






vendredi 20 mai 2016

Vent du matin

Le petit vent
À peine perceptible
En son début
Elle, elle sort de nul part
Revenant d'un songe
Dans la nuit achevée
Le matin, le matin là

La nuit parlait
Et cherchait en sa voix
La manière de dire
Exprimer comment
Elle se sentait
Au réveil
Ah...

Ouvrir un peu les yeux
Réveillée
Par le filet de vent
Un filet
Qui vient lui dire
Je t'aime

Regarder le voile flotter
En vagues fluides
Elle sent,
Referme les yeux
Et laisse entrer
Vie de vent
Dans son corps
De matin

Le petit vent

N'est-ce pas
Tout à fait...

Elle enfouit généreusement
Une de ses mains
Dans sa chevelure
Posée pêle-mêle
Devant son oreiller
Va et vient la main,
Lentement

Rien n'est aussi heureux
Que le réveil
Pure jouissance

De dans sa main
Sa chevelure devient satin

L'autre main se réjouit
Des caresses lentes
Dans le drap frais
Ne laissant
Aucun endroit
Non exploré
Le drap tout entier
Devient chaud

Bifurquer
Vers ces lieux
Où seules
Les mains habiles
Savent
Mieux que quiconque
Voyager de bonheur






dimanche 15 mai 2016

Histoire tendre


Renaître
L'amour tendre
Si inattendue
Si doux, si doux

Puis, l'histoire se casse
Se fracassant brutalement
En milliers de miettes
Fragilisée sans doute
Par trop d'histoires déçues

Et n'y pouvoir
Tellement rien

Et si tous et chacun
Simplement osaient
Sans pudeur, sans crainte
Orgueil giflé
La raconter,
Son histoire...
Tout peut se parler
Si naturellement
En rires d'éclat
Ou trémolos à la gorge

Ne sommes-nous pas
À cet âge heureux
Où l'humilité se pointe
Et tous les dires sont permis
Sans inquiétudes, sans jugement
En murmures tout fragiles
Un nuit d'abandon total à l'autre
En  parfaite confiance

Le coeur en déroute
Que de douceurs
De délicatesses
Figées sur la rive
À tout jamais

J'embrasse les eaux
Et au dedans,
Le soleil
Qui les fait briller


jeudi 12 mai 2016

La maison qu'elle habite

La maison qu'elle habite
N'est plus celle de son enfance
Où rires et jeux
Se fondaient si bien
Dans le merveilleux

Ni celle où la maladie
A frappé brutalement son père
La forçant à vieillir plus vite

Elle n'est plus 
Celle de son adolescence
Sabots aux pieds
Et jupes folles

Ni le début de l'âge adulte
Vécu pleinement
Entièrement
Mêlé de drogue
D'amour en liberté
Et d'insouciance

Ni celle de ses années universitaires
En bonheur brut
Passionnée de musique
Avec ses semblables

Ni de ses 26 années
Où elle a expérimenté
La vie à deux

Cette maison n'est plus celle
Où elle a élevé son fils en solo
Puis, avec son conjoint
De l'époque

Ni celle des fugues
Et du Centre Jeunesse
Où elle a dû
Plus d'une fois
Laissé ses émotions de côté
Pour rester debout
Et tenir le coup
Par amour pour Fafouin

La maison qu'elle habite
Est celle de la femme
Qu'elle est devenue
Entière, forte, 
Passionnée, déterminée
Et fragile à la fois
Candide, fidèle
Sans jeux, sans filtres
Enjouée, vivante
Amoureuse de la vie
Femme-enfant
Et par moments
Clown et tragique
Musicienne, artiste
Au fond de son l'âme

Mais surtout,
Femme, femme
Comme jamais
Elle ne s'est sentie

Et n'a nul envie
D'être autre chose
Qu'elle-même

Cette maison, 
Elle l'habille à son goût
La maquille et l'embellit
Tranquillement
De jours en jours
De mieux en mieux
S'appropriant chaque recoin
Avec amour
Elle y prend sa place
Elle y prend
Toute la place


samedi 7 mai 2016

Lilas de mai

La vie, sans effort,
Sans eau trouble
À l'état pur

Parce que les lilas
S'affirment là
Et que le germe compact
De leurs bourgeons
Contient  en lui-même
Toute la vie,
Dense, immense

Ses yeux voient
Et se délectent
De ces jours en beauté
Le bourgeon
Ne demandait qu'à éclater
Comme elle

Et voilà enfin
De toute petites ailes,
En minuscules papillons
Des milliers de  petits papillons
Partout partout
Tout jeunes
D'un vert tendre

Bon sens que c'est beau...



samedi 16 avril 2016

Écouter le soir



Le soir la guide 
Sans jamais l'oublier 
Ni la troubler
En fidélité pour elle 
Merci Ô soir

Se fondre entièrement 
Avec la noirceur 
Afin de retrouver son soleil
Elle n'attend personne
Et personne ne l'attend
Elle est, simplement

Entendre le froissement 
Des pages qui se tournent
Zieutant de temps à autre 
La lueur vacillante des bougies
Elle se  retrouve
Ainsi que tous ses espoirs,
Ses rêves et son fol envie 
De vivre

..........

Corps d'amours inachevés
Et nuit qui se meurt
En soleil levant,
Le temps nécessaire
Pour concevoir
Et créer la vie
Comment
Cela pourrait-il
Ne plus être ainsi

Respire d'homme
Tout près
Oui, encore, encore
Le faire dévier
Vers ma bouche
T'es si beau là
Agrippe-toi
Doucement
J'y mêlerai le mien
Mon respire
Le garnirai
De frémissements
Et dans sa montée,
De mon cri 
De femme

samedi 9 avril 2016

L'expression de l'amour

Il n'existe pas
De plus authentique amour
Que celui qui se sent et se vit
Avec respect, humilité, compassion
Dans la plus sincère des tendresses

Nul besoin de dire
De parler
Lorsque les mains, les yeux,
La bouche, deviennent
L'expression pure
De tout le meilleur de soi
Et là, le silence se fait amour

Il ne s'explique pas
Ni se commente
Il se vit
Simplement
Dans l'instant, là
Comme
Un moment d'éternité
Et de grâce

De cette forme d'amour
Demeure un souvenir
Tout à fait intarissable
Et inaltérable
Bien conservé
Dans une case à part

Elle veut à présent
Exprimer simplement
La plus grande des gratitudes
Envers celui
Qui s'est pointé là
Au hasard de sa vie
Et qui lui a tant appris
Merci, merci tant...


mardi 8 mars 2016

Une sorcière comme les autres

En ce 8 mars 2016

J'ai toujours adoré ce texte d'Anne Sylvestre et bien qu'il date de ma jeunesse, il m'atteint toujours profondément. 

Pauline Julien en avait fait une si touchante version toute en voix et en émotion.

La voici.


Une sorcière comme les autres 

S'il vous plaît
Soyez comme le duvet
Soyez comme la plume d'oie
Des oreillers d'autrefois
J'aimerais
Ne pas être portefaix
S'il vous plaît
Faites vous léger
Moi je ne peux plus bouger

Je vous ai porté vivant
Je vous ai porté enfant
Dieu comme vous étiez lourd
Pesant votre poids d'amour
Je vous ai porté encore
A l'heure de votre mort
Je vous ai porté des fleurs
Je vous ai morcelé mon coeur

Quand vous jouiez à la guerre
Moi je gardais la maison
J'ai usé de mes prières
Les barreaux de vos prisons
Quand vous mourriez sous les bombes
Je vous cherchais en hurlant
Me voilà comme une tombe
Avec tout le malheur dedans

Ce n'est que moi, c'est elle ou moi
Celle qui parle ou qui se tait
Celle qui pleure ou qui est gaie
C'est Jeanne d'Arc ou bien Margot
Fille de vague ou de ruisseau

Et c'est mon coeur ou bien le leur
Et c'est la soeur ou l'inconnue
Celle qui n'est jamais venue
Celle qui est venue trop tard
Fille de rêve ou de hasard

Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres

Il vous faut
Etre comme le ruisseau
Comme l'eau claire de l'étang
Qui reflète et qui attend
S'il vous plaît
Regardez-moi je suis vraie
Je vous prie
Ne m'inventez pas
Vous l'avez tant fait déjà
Vous m'avez aimée servante
M'avez voulue ignorante
Forte vous me combattiez
Faible vous me méprisiez
Vous m'avez aimée putain
Et couverte de satin
Vous m'avez faite statue
Et toujours je me suis tue

Quand j'étais vieille et trop laide
Vous me jetiez au rebut
Vous me refusiez votre aide
Quand je ne vous servais plus
Quand j'étais belle et soumise
Vous m'adoriez à genoux
Me voilà comme une église
Toute la honte dessous

Ce n'est que moi, c'est elle ou moi
Celle qui aime ou n'aime pas
Celle qui règne ou qui se bat
C'est Joséphine ou la Dupont
Fille de nacre ou de coton

Et c'est mon coeur ou bien le leur
Celle qui attend sur le port
Celle des monuments aux morts
Celle qui danse et qui en meurt
Fille bitume ou fille fleur

Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres

S'il vous plaît
Soyez comme je vous ai
Vous ai rêvé depuis longtemps
Libre et fort comme le vent
S'il vous plaît
Libre aussi
Regardez je suis ainsi
Apprenez-moi n'ayez pas peur
Pour moi je vous sais par coeur

J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux
J'étais la déesse mère
Mais je n'étais que poussière
J'étais le sol sous vos pas
Et je ne le savais pas

Mais un jour la terre s'ouvre
Et le volcan n'en peux plus
Le sol se rompt
On découvre des richesses inconnues
La mer à son tour divague
De violence inemployée
Me voilà comme une vague
Vous ne serez pas noyés

Ce n'est que moi c'est elle ou moi
Et c'est l'ancêtre ou c'est l'enfant
Celle qui cède ou se défend
C'est Gabrielle ou bien Eva
Fille d'amour ou de combat

Et c'est mon coeur ou bien le leur
Celle qui est dans son printemps
Celle que personne n'attend
Et c'est la moche ou c'est la belle
Fille de brume ou de plein ciel

Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres

S'il vous plaît
Faites vous léger

Moi je ne peux plus bouger

mercredi 24 février 2016

L'amour


“Celui qui, par quelqu' alchimie, sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect, besoin, patience, regret, surprise et pardon crée cet atome qu'on appelle l'amour.”

Khalil Gibran

vendredi 5 février 2016

De l'ange à l'ange

Tout se passe
Dans le non palpable
Venu des profondeurs
D'un coeur d'homme
Dont l'élan chaud
N'en peut plus.
Délectable

Elle se surprend
À fermer les yeux
En pinçant les lèvres.
Le doute balayé
À tout jamais
Liberté, liberté

Volets ouverts
Mains qui tendent,
Accueillir en dansant
La pluie qui nous aime
Et pénètre tout en fraîcheur
Ces corps mûrs.

Que tout se parle
Et se dise
Dans le plus intime
Des silences

Viens, viens
T'enfoncer doucement
Dans les profondeurs
De l'eau, là devant,
Y mêlant
Nos deux jets de vie

Les âmes qui s'aiment
Se reconnaissent toujours
Tout se passe
Si simplement
Au travers les yeux


jeudi 4 février 2016

La voix intérieure

Le discours de cet homme me parle profondément, me rejoint et me rassure tellement que j'ai envie de partager ce moment avec vous.

Et si vous ne pouvez écouter en entier, en voici quelques extraits.

Que la paix du coeur vous accompagne à chaque instant de votre vie chers et fidèles lecteurs.

Nanoulaterre xxx


"On ne peut plus fermer les yeux sur la conscience humain... Les gens sont bouleversés, il y a quelque chose qui se passe à l'intérieur de soi au niveau émotionnel et beaucoup de gens sont face à leurs émotions en ce moment. Des émotions qui ne sont pas forcément agréables bouleversent un peu l'être humain. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe en ce moment. Tout est en train d'exploser, de s'écrouler, de bouger. C'est parce qu'en réalité, à mon sens et selon ma vision des choses, tout ce qui n'a pas été fait avec le coeur, avec amour, avec une certaine pureté, va s'écrouler progressivement ou va du moins énormément se déstabiliser."


"Tous les bouleversements actuels sont peut-être là pour faire comprendre à l’être humain, d’une manière un peu violente peut-être, que maintenant il est temps d’activer les choses à l’intérieur de soi. Il est temps d’avoir une main bienveillante et un esprit rempli d’amour. C’est peut-être pour ça que la Terre réagit,  c’est pour nous faire peut-être comprendre qu’il est temps maintenant d’aller vers quelque chose de plus sain, de plus vrai, de plus sincère. Ce qui empêche ces changements-là ce sont très souvent les peurs et le doute. Il y a toujours une part de peur et de doute à l’intérieur de chacun mais si on est à l’écoute de la guidance, de tous les guides qui sont avec nous, de cette voix intérieure, de cette intuition, peu importe comment vous allez l’appeler, selon vos croyances et selon vos convictions, cette guidance est toujours là pour le meilleur, pour ce qui est le mieux pour vous. Et même si on a une part de doute et de peur, parce que c’est ça qui met les barrières, il faut se dire :  Ok. La peur, elle est là, le doute il est là. En tant qu’être humain j’ai le droit d’avoir des peurs et des doutes mais ça fait rien, je vais voir. Je vais quand-même écouter cette voix intérieure qui me dit de faire ça plutôt que ça, et on verra ce qui se passe, les résultats. On verra ce que me propose l’avenir quand je fais confiance à cette guidance intérieure, à ce ressenti intérieur. Il suffit de faire l’essai, de faire le test et vous verrez ce qui se arrive. Il y a des choses merveilleuses qui se passent quand on lâche les peurs, quand on lâche les doutes.  Moi je dis qu’on est dans une période là où l’être humain doit faire mourir des choses en lui… Si l’être humain réussit à faire mourir ses peurs et ses doutes, dans sa vie de tous les jours, dans son quotidien, dans sa vie professionnelle, dans sa vie familiale, sociale, sentimentale, si l’être humain ose faire mourir cette peur et ces doutes en lui, il va peut-être arriver à une renaissance. « 

samedi 23 janvier 2016

Les ailes qui trempent dans la boue

Il arrive quelques fois
Qu'elle sente la lune
Comme un gros soleil
Entouré de noir
Ou le contraire peut-être
Ce serait comme
Un soleil
Qui a perdu son ciel bleu.
Finalement
C'est un peu ça là
En fait
Tout à fait ça

Même la rivière qui l'inspire tant
Ne réussit pas
À lui redonner son sourire
Elle ne peut descendre vers  la rive
La neige l'en empêche
Il y a bien le soleil
Mais elle ne le voit pas
Les rives sont de glace
Et les bernaches n'y sont plus
Tristesse

Mourir...
Est-ce que ça ressemble à ça
Lorsqu'on a peur
Ou à un grand jardin de fleurs
Et de chaud soleil éternel?
Lorsqu'on accepte?

Elle se croyait forte
La tête d'Agathe
Reposant sur l'oreiller
Déposé sur ses cuisses
Des Je t'aime
Des Mercis, de la reconnaissance
Mêlée aux rires en grelots
Et aux sourires de silence

Elle se croyait forte
Pour son amie
Et elle le fut, hier
Mais, ce matin
La peine la rattrape
Envahissant
Tout à l'intérieur
Jusqu'aux moindres
Cellules de son corps
C'est physique
Son corps craque
Et là
Les ailes lui trempent dans la boue,
Bien solidement

C'est la douleur d'Agathe
Son impuissance à pouvoir
La soulager
Et tout le reste
Comme un coup
De mitraillette en plein coeur

Eh psitt... que dit la voix
T'en as pas assez
D'essayer de rester forte?
T'es faite de bois, de marbre
Ou quoi là?
Tu es si dure avec toi-même
Là, tu vas te permettre
La dégringolade ok?
Si tu ne le fais pas
Là maintenant
Bien, je vais te rattraper moi
De gré ou de force

T'as le droit de pleurer
Parce qu'Agathe
Va partir
T'as le droit de pleurer
Parce que
Georges aussi
Vas partir bientôt
Et tu ne sauras jamais
S'il est encore de ce monde
Ou s'il a quitté

T'as le droit de pleurer
Parce que les seuls bras
Qui pourraient vraiment
T'apporter un réel réconfort
En ce moment
Et paix au coeur
Ce sont envolés
Disparus, néant
Comme s'ils n'avaient
Jamais existés

T'as le droit de pleurer
Car il arrive
Malgré toute ta bonne volonté
De ne pas arriver
À te consoler seule


T'as le droit de pleurer
Parce que la vie emporte
Ceux que tu aimes
T'as tous les droits là...


dimanche 17 janvier 2016

Le semeur d'étoiles

Comment le décrire...

J'aimerais pouvoir le faire en l'écrivant, tout en harmonie et inspiration, à la plume, sur papier de soie, à la lueur des chandelles, avec une grande robe de dentelle,  des boucles qui tombent sur mes épaules et un petit collier de perles, ce serait comme ça.  J'espère qu'il se plaira à l'imaginer, ce serait un petit cadeau bien humble à comparer du sien, car c'est de cette façon qu'il écrit lui et c'est comme ça qu'on le reçoit. Un genre de troubadour des temps modernes ça fait toujours chaud au coeur.

Un semeur d'étoiles bien c'est un peu comme un semeur de petites graines d'amour qui ne s'en rend pas vraiment compte. Un pur, un sensible de l'âme, un donneur d'éternité et de paix. Comme ça, de jours en jours, d'années en années, il a offert avec grande générosité  tout ce qu'il avait dans son coeur et a mis de la chaleur de vie, du bonheur et de l'espoir dans la mienne, sans jamais rien demander en retour. Il fait et fera toujours une différence dans ma vie. J'espère simplement en être vraiment digne à mon tour pour lui.

Du premier jour où, par hasard je l'ai lu, un de ses billets m'a émue, bouleversée. Cela parlait d'un directeur de Lycée qui aimait profondément ses élèves. Je fus intensément touchée et le lui ai confié. Depuis ce jour, nous ne nous sommes plus jamais quittés. Lui en France et moi ici, toujours là l'un pour l'autre avec tout ce que nous avions en commun dans notre vie, notre musique, nos douleurs et nos joies. Malgré la fermeture de son blogue, depuis plusieurs années déjà et bien qu'il puisse difficilement écrire, il a toujours lu et commenté avec grâce, coeur et sincérité, en privée, avec une assiduité et fidélité absolues chacun de mes billets.

Aujourd'hui Georges, je ne parlerai jamais de toi au passé car tu es et resteras toujours. Partir c'est quoi au juste. Je ne veux pas que tu souffres. Alors dignement, tu prendras à ton tour le chemin des étoiles. J'y serai pour toi, avec fidélité, tout près, tout près, comme tu l'as toujours été pour moi et je tiendrai avec force ta main pour t'accompagner dans ta nouvelle vie. J'y serai, tu la sentiras. La distance n'a tellement aucune espèce d'importance. Et là, tout au bout il y aura un soleil immense, si puissant, et sa chaleur ne saura jamais se décrire. Ce sera celle que tu as donnée si généreusement, elle sera là pour l'éternité.

Tu seras la voix intérieure 
Qui guidera Fafouin
Tu te fonderas dans la mienne
Je t'entendrai 
Et te répondrai toujours
Sache-le 
Et pour l'éternité
 Mon tendre ami

Merci, merci, tant et tant... 
Je t'aime xxx

Nanoulaterre



En hommage à Herbert
Blogue "Au jour le jour"


mardi 29 décembre 2015

Fafouin et un peu d'humour!

Fafouin ...

24 décembre 2015

Il est sorti de détention le 10 mars dernier. Il était si beau, heureux, si reconnaissant de retrouver enfin sa liberté et serrait très fort ma main, en sortant de Bordeaux. Il faisait beau cette journée-là. Marlena avait laissé quelque chose dans la mijoteuse. Une belle petite maisonnée d'amour l'attendait. Je me rappelle encore de sa reconnaissance envers la vie enfin retrouvée, de ses yeux qui se délectaient de tout ce qu'il voyait autour de lui, avec amour, grâce et remerciement.

-"J'suis tellement content, tellement content maman..."

Je ne pouvais faire autrement que d'entrer dans sa bulle de gratitude. Fallait sentir ça, toute entière, avec lui. Il y avait un silence d'or, comme si un dieu intérieur parlait à travers lui.  Une seconde chance de tout recommencer, rebâtir avec le meilleur qu'il avait en lui-même, avec toute la force et le rebondissement que je lui connaissais. Je savais qu'il pouvait.

Les mois ont passé. Il y eut la mort de son grand ami Pat. Une épreuve énorme pour lui. Mais, je sentais qu'au travers cette grande douleur, il apprenait, sur les choses importantes et essentielles de la vie, son côté si éphémère, sa fragilité. Fallait miser sur l'urgence, la nécessité d'aller vers le meilleur de lui-même.

Il a pleuré avec le plus grand des déchirements, accueilli avec courage et sérénité ce deuil, ouvert ses yeux intérieurs qui révèlent toujours que rien ne meurt jamais, que ceux qu'on a aimés y sont toujours dans son coeur d'homme. Car c'est ce qu'il était devenu, un homme.

Vie de couple avec sa compagne qui ne l'a jamais abandonné. Un petit bonheur tout doux et simple. Un travail stable depuis plusieurs mois  mais plus encore; la redécouverte de sa grande passion, de sa créativité. Fafouin a même monté sa propre entreprise, prend des heures à transformer des photos sur Photoshop, choisir ses préférées, les faire imprimer ensuite sur des T-Shirt de qualité. Tout est fait avec temps et amour, avec le coeur d'un vrai passionné quoi. Il me montre tout ce qu'il fait et je vois que tout se perfectionne, de plus en plus...

"Regarde maman, ce sont mes nouvelles transformations..."

Il est si fier de lui. Retrouver son vrai moi, sa dignité et la satisfaction personnelle d'accomplir enfin quelque chose qu'il aime, sans l'aide de personne.

Je devais aller le chercher avec sa petite amie  le 24 décembre en pm pour aller réveillonner chez mon frère.

Et puis voilà, un téléphone ce midi, sa petite amie....

"Nanou, je suis désolée, je n'ai pas une bonne nouvelle à t'annoncer... Fafouin s'est fait arrêter cette nuit pour vol qualifié. Je n'en sais pas plus. C'est son avocate qui m'a contactée..."

On se parle, on pleure, mais surtout on ne comprend tellement pas ce qui a bien pu se passer. Impuissance, Impuissance... Fafouin était parti depuis 2 jours à Montréal, sur la brosse, comme on dit. Chaque fois qu'il va à Montréal, il se passe quelque chose. Il boit, devient agressif. Tiens, en automne, il a donné un coup de point à un itinérant. Au printemps, il s'est fait battre sur la rue, on ne sait pas trop pourquoi. Oeil au beurre noir, fente sur la tête. Et puis là...

Veille de Noël... Il tenait tellement à ce réveillon. familial. Trois Noël sans sa famille, c'est beaucoup. Je comprends parfaitement que l'approche de Noël nous rende un peu plus fragile. Tiens, moi, j'ai beaucoup pensé à mon père et à quel point j'aurais souhaité l'avoir encore avec moi, sans sa foutue maladie mentale. Mais je ne pars pas  sur le party pour autant. Fafouin oui, c'est extrême, sans limite. Je sais bien qu'il noyait la peine qu'il avait face à la perte de son ami Pat.

Je culpabilise. Peut-être que si... Out! Exit la culpabilité! Que puis-je lui offrir de plus que tout l'amour, la présence et la foi que j'ai en lui, quoi d'autre! Je pense beaucoup plus à moi maintenant, à ma vie de femme et, c'est bien, normal même. Après tout, Fafouin est un adulte responsable, sensible, brillant et intelligent avec une capacité de rebondissement extraordinaire.

 Prendre soin de moi. Boire de la tisane apaisante. M'envelopper dans du chaud, du confortable. Aller marcher... Peux pas aller chez mon frère. Annulation. Trop de monde, pas assez intime et je n'ai  ni le coeur à la fête, ni le goût de faire du social là, surtout qu'il y aura des gens que je ne connais pas. 

En attendant, je ne ressens rien là. Ça fait trop mal sans doute, protection. Je suis en train de me demander de quelle façon ça va exploser. Vais-je aller hurler de toutes mes forces en plein bois ou pleurer jusqu'à me vider complètement le corps, m'apaiser et m'endormir?

Et puis, fin d'après-midi. O, miracle, un appel inespéré...

"Maman, ne t'inquiète pas, tout va bien. Je n'ai rien à voir là-dedans. Ils m'ont libéré. Je suis à la maison."

Wow... Bien. Là, je vais aller passer la soirée chez ma mère et faire un petit tour  à la messe de minuit pour  me faire plaisir. Et puis voilà que, tout à coup, il m'a semblé n'avoir pas assez passé de temps chez maman. Bien voyons?

" Je dois partir là maman..."

" Mais c'est pas si loin Nanou la petite église!"

" Mais c'est quand-même à 7 minutes d'ici maman! Faut que j'y aille là !"

Je me sens toujours divisée. J'aimerais être aux deux endroits en même temps; St-François-de-Salles, petite église ancienne, la plus vieille paroisse de Laval à St-François, sur le boulevard des Mille-Îles et, ma paroisse, St-Noël Chabanel. Et là, je veux être dans la vieille église.

Minuit. Mais c'est quoi ça là?

 "Noël c'est l'amour"

Je veux bien mais c'est pas le "Minuit chrétiens"

Pourquoi ne chantent-ils pas le Minuit chrétiens?

Déception.

Au fil de la messe, j'entends bien le prêtre parler de la messe de 11 hres... Mais moi, j'allume vraiment pas. Pire, je me dis qu'il est un peu mêlé ce prêtre. Ce n'est que 45 minutes après le début de la messe que je me rends compte que je suis allée à la messe de 11 hres. Oh boy... J'ai quand-même beaucoup  apprécié le sermon du prêtre. Mais là, je me faufile en douce. Faut filer à toute vitesse vers l'autre paroisse, pour le vrai minuit là!

J'y suis, tout est sous contrôle. et le monde attend en silence dans l'église. Mais moi, je veux aller faire un petit tour aux toilettes avant. J'enfile à toute allure les escaliers de gauche, dans le noir, et les portes se referment dans un fracas épouvantable derrière moi.  Horreur... Suis certaine que l'église toute entière a entendu.Timidement, je retourne en haut et m'installe près de la chorale. Et oh, bonheur, une voix de ténor absolument magnifique entame le "Minuit chrétiens."

Et bien voilà, me dis-je. C'est ce que tu voulais, bien c'est ce que tu as. Mais d'où sort-il ce ténor génial?

Le lendemain, j'ai eu le bonheur de recevoir mon fils, mon ex, ma mère et un couple d'amis de longue date. La musique est au rendez-vous. Piano, voix, guitare. Ce qu'il y a de bien à vivre seule c'est qu'on peut renvoyer chez l'ex le conjoint de mon amie Manou. Génial. Et alors, les deux amies de filles peuvent placoter à leur goût. Merveilleux! Ça fait 3 fois qu'on expérimente et on aime vraiment beaucoup.

Manou et moi nous levons très tard. Fafouin retourne dans ma chambre pour dormir. La zénitude cesse au moment où j'ouvre mon congélateur pour retrouver des aliments qui... dégèlent...

Leçon de vie no xyz: il ne faut jamais remplir son congélateur à pleine capacité, au risque de brûler son compresseur de frigo, ce qui est arrivé. Pas de panique. Je tente de conserver le meilleur de cette expérience:

-C'est l'hiver, heureusement. Je n'ai rien perdu. Mes aliments sont restés dehors dans un gros bac.

- Le lendemain, je me suis procuré un frigo seconde main dans un endroit sûr avec une excellente garantie.

-J'ai pu faire un bon ménage dans mon ancien frigo

- Je n'aimais pas le tiroir congélateur en bas et j'ai retrouvé  la porte congélateur en bas.

- Grâce à mon réparateur de frigo, et sur sa recommandation, j'ai récupéré toutes les tablettes de mon anciens frigo au cas où il y aurait bris.

- Tout est bien correct comme ça.

- Rien de bien grave n'est arrivé.

Vive la vie!


mercredi 23 décembre 2015

Déjà 4 ans


D'accord, t'es parti...


Partir en décembre, c'est triste, extrêmement triste, parce que décembre, c'est la fête de l'amour, des gens qui s'aiment. Et partir l'avant veille de Noël, c'est encore plus triste. 

On a envie de se dire et on se le dit: " Je suis heureux que tu sois là, en ce moment, parce que je t'aime, et je veux que tu saches à quel point tu comptes pour moi."

J'adore décembre, et lorsque je peux recevoir tous mes amours réunis autour de ma grande table alors qu'on s'arrête et se moque éperdument du temps, l'instant de bavarder, savourant, intégrant nos mots tendres les uns pour les autres, rigolant et portant un verre, 2 verres, 3 verres, de mille et une façon, à l'amour, au lien qui nous unit tous, alors je suis vraiment heureuse et comblée.

Ce soir du 27 décembre 2011, je recevais mes amours, mes amis, puis, un coup de téléphone. Tiens, Isa...

-"Isa... Comment vas-tu? Quand puis-je te rappeler? Je reçois là...

" C'est que, j'ai une mauvaise nouvelle à t'apprendre... Jacques est parti..."

Un récent traitement de chimio pour sa leucémie, une faiblesse, un système immunitaire affaibli, vite à l'hôpital. Pneumonie, et puis voilà, tout est terminé, envolé, parti, pour toujours. 59 ans... Toute sa sa belle vie remplie de passion, de créativité, de musique. Et voilà que plus rien n'existe, et ce, pour toujours, bon sens...  C'est pas sa leucémie qui l'a emportée.

Et moi j'y suis là, bien vivante.Tiens, je ne m'étais jamais imaginée que Jacquot mon coco pouvait partir comme ça, si fragilisé, son parcours de vie tellement semblable au mien. Finalement, sa vie c'était comme ma vie. Et moi j'ai été sauvée, épargnée, il y a bientôt 10 ans... Un grave accident de la route, perte de contrôle sur la glace noire, plusieurs tonneaux qui m'ont laissée sans aucune égratignure et ma voiture une perte totale. Je me revois, à l'envers, sur le ruisseau gelé, sortant par la fenêtre brisée, des dizaines de regards posés sur moi, bouches bées et abasourdis... J'étais si gênée en même temps que consciente de la chance énorme , du grand cadeau qui m'avait été accordé, le don de la poursuite de ma vie...

Je pleurais. Fafouin est descendu, inquiet.

"Je pense que c'est un ami à maman" avait-il lancé à mes invités.

Je poursuivis mon souper avec mes amours parce que cet instant avec eux, j'y tenais vraiment. Je saurais bien retenir mes larmes jusqu'au lendemain.

Je n'ai pu me déplacer pour lui, à cause de la tempête de neige qui bloquait les routes. Jusqu'aux fleuristes qui ne pouvaient s'y rendre pour déposer nos fleurs. Pas grave, mes fleurs pour toi reposent sur ton piano. Et puis, elles étaient si belles ces marguerites, des tas de petits soleils, comme toi.

Retenir les souvenirs, les préserver pour toujours, lutter pour ne jamais oublier sa voix à l'intérieur de mon coeur. J'essayais, en cette journée de tempête, de retenir tout ce que je pouvais, les souvenirs remontaient, pure magie... Du jour de notre rencontre, la musique, des rigolades à n'en plus finir, la chaleur de sa personne, sa bonté, sa gentillesse, sa spontanéité, sa simplicité. Tout se déroulait comme dans un film qu'on ne veut pas laisser partir et qu'on veut retenir à jamais. Et ces instants si puissants et précieux de souvenirs en mon âme  ne pouvaient se perdre, ils se préparaient à loger dans l'éternité. C'était une certitude.

Un facebook interrompu pour toujours, ta voix au son du répondeur, ouf... Faut composer avec ça, du mieux qu'on peut et surtout, le plus important, continuer de vivre comme t'aurait souhaité le faire, avec passion. Elle est belle la vie, je sais que tu l'aimais...

Jacquot mon coco, une de tes petites chèvres portait mon nom. Ce fut pour moi un précieux cadeau. Je te garde pour toujours dans mon coeur, tendre ami...

Ich Liebe dich xxx




Jacques 1952-2011