CROIRE QUE LES CHOSES SE PRODUISENT TROP LENTEMENT OU TROP VITE EST ILLUSOIRE. LE SYNCHRONISME EST PARFAIT. CHAQUE CHOSE ARRIVE TOUJOURS EN SON TEMPS... RIEN NE NOUS ARRIVE QUI N'AIT D'ABORD ÉTÉ SENTI ET PENSÉ. POUR CRÉER LE FUTUR, IL FAUT Y CROIRE SANS RSERVE.


Auteur inconnu

samedi 22 février 2014

L'empreinte

Je me sens comme une débutante qui revient de loin, toute penaude, croyant fermement qu'elle ne réussira pas à dire, après tout ce temps de silence. 

L'exercice d'écriture m'a fait défaut, en même temps qu'il m'a terriblement manqué. 

Moins on écrit, plus les mots semblent nous échapper, comme la douce mélodie inconnue, écoutée quelque part, avec passion, qu'on aurait dû noter là, au bon moment,  tellement on l'aime et qu'on n'a pas fait. Zut...Vilaine fille.

Je devrais suivre l'exemple de Femme Libre et écrire tous les jours. La rigueur, vive la rigueur, celle qui nous donne de grandes ailes en finale. C'est tellement naturel et aisé pour moi en musique, léger et simple pour elle en écriture. J'admire sa constance. 

L'excès d'écriture n'a jamais tuer personne bien au contraire, et en prime, donne des ailes et une âme aux mots qui se mélangent exactement là, à la seconde près, à nos propres pulsions et sentiments  intérieurs, lorsque le tout est bien branché et ça, c'est une grâce, oui. Je ne peux pas écrire sans vivre cela.

Le centre de détention de Bordeaux peut devenir radieux à tout moment. Tout dépend de soi. Oui, on ne le répétera jamais assez: chacun possède tous les pouvoir, y compris celui de transformer les moments les plus affreux en instants agréables et des plus heureux. Je peux affirmer en toute bonne foi qu'ils resteront  pour moi heureux, pour toute la vie, oui, pour toujours.

Lorsque je mets les pieds là, ils sont tous polis ces gardiens, gentils, souriants et agréables avec moi. J'apprécie tellement.

- Maman, je comprends pas. Lorsque ma blonde vient me voir, elle dit qu'ils sont tous bêtes avec elle.

-Je pense que c'est une question d'attitude intérieure. Si elle se sent en paix, heureuse, ouverte et sans préjugés face à eux, je pense qu'ils le sentiront et seront agréables avec elle.

Il ne semblait pas certain de bien comprendre. Pas grave. Un jour, il comprendra. Moi je sais que c'est du fond de nous que ça part, pas ailleurs. On ne peut changer que soi-même.

Le centre de détention de Bordeaux, bien je l'ai vraiment tué, assasiné, parce que je l'ai décidé, point. Fini les larmes, les pleurs à n'en plus finir. J'en ai fait mon allié, un lieu de sérénité, de paix et d'amour. Peut-être que ça se sent au fond. Les gardiens sont gentils et d'une politesse avec moi, c'est comme une petite fête à chaque fois, oui, c'est ça, une petite fête et j'ai bien l'intention que ça demeure ainsi. Je trouve ça bien agréable les petites fêtes remplies de sourires.

Fafouin aura finalement sa sentence le 25 mars prochain. Entre-temps, la vie coule comme elle doit couler, nourrie de mes passions, ma musique, mon fils, mon conjoint, ma famille, mes petits enfants, mes amours, mes amis et tous ces petits imprévus qui rendent la vie, ah... comme ça, belle, si magnifique...

Hier, ils me souriaient encore, à fendre l'âme. Faudra que je leur dise la prochaine fois, que je les apprécie beaucoup, vraiment, ces gardiens de Bordeaux.

On peut transformer un parloir désuet et traumatisant en un endroit de mille éclats de rires.

Aujourd'hui, ce fut la fête avec Fafouin. Des souvenirs comiques et cocasses furent transformés en confidences de maman au vécu d'adolescente et jeune adulte troublée, complètement perdue et perturbée, absolument imparfaite et consommatrice de n'importe quoi. Un soulagement pour moi et une confiance indéfectible en mon fils. Il l'a senti, et moi, j'éprouvais le besoin et l'honnêteté pressante de lui confier mon imperfection.

Nous nous sommes compris. Je sentais qu'il savait que cela ne faisait qu'un temps, que les pires folies passent...
Oui oui je sais, il ne reste que 10 minutes à notre entretien, le petit billet de la gardienne de prison me l'indique. Alors, on se charge de les rendre les plus radieux et agréables possibles ces 10 minutes. Quelle chance, sans cela on ne saurait jamais tout ce qu'il reste de si intense et important dans l'empreinte vivante de nos mains collées contre la vitre. Je t'aime maman... Je t'aime Fafouin....





14 commentaires:

NanouB a dit…

je ne suis plus là...mais je te lis dès que tu écris, car je suis là pour toi et Fafouin...

et je vous aime aussi

Nanoubis

valerie berger a dit…

touchee par vos mots

Nanou La Terre a dit…

Nanoubis,
merci du fond du coeur... Tendresse et gros bizous pour toi xxx

Valerie Berger,
c'est gentil, merci beaucoup...

Une femme libre a dit…

Si les gardiens te sourient, c'est parce qu'ils te voient arriver de ton pas dansant de gitane, les longs cheveux au vent, le sourire aux lèvres et les yeux brillants. Ils ne peuvent résister au bonheur que tu dégages. Heureuse de te relire, Bella!

Nanou La Terre a dit…

Femme Libre,
en tout cas je n'avais pas les cheveux aux vents la semaine dernière, il pleuvait à boire debout!
T'es donc bien gentille, merci de tes bons mots xxx Bizous

Solange a dit…

C'est bien vrai que notre attitude peut changer celle des autres. Une personne qui aime la vie et qui sourit, c'est communicatif.

Pierre Forest a dit…

C'est libérateur de s'afficher imparfait, parce que ça enlève la pression qui vient avec l'image que doivent préserver les gens parfaits.

Dire les choses telles qu'elles sont, telles qu'on les pense, que ce soit politically correct ou pas. S'assumer. C'est une des grande force de FemmeLibre et elle est inspirante. C'est un appel à l'authenticité.

Le travail de gardien de prison ne doit pas être facile et il est probablement fréquent qu'ils soient ciblés comme faisant partie du système qui a mis un proche en prison, alors c'est probablement naturel de se construire un bouclier pour se protéger contre les vacheries qu'on doit parfois leur dire.

Quand une personne se sent respectée, elle aura généralement du respect en retour. Par notre attitude, on a de l'impact non seulement sur notre vie, mais aussi sur celle de ceux que l'on côtoie.

Je viens régulièrement faire un tour sur ton blogue, juste au cas, alors c'est un petit bonheur de trouver un nouveau billet aujourd'hui.


Zoreilles a dit…

À te lire (et te retrouver!...) j'en ai les yeux tout embués que tu puisses te révéler aussi empreinte de gratitude, de confiance et d'amour de la vie.

« On peut transformer un parloir désuet et traumatisant en un endroit de mille éclats de rires » disais-tu...

Cette phrase est inspirante et remplie de ta lumière, elle me rappelle que le lieu n'est pas important, la situation non plus d'ailleurs, et surtout que la lumière nous semble plus douce et plus belle lorsqu'elle jaillit de l'obscurité.

J'admire ta force, ton courage et ton attitude.

claude a dit…

Emouvant cet écrit, Nanou ; j'aime beaucoup la fin, c'est très touchant.
Si tu veux vraiment des marionnettes à doigts, passe moi un mail.
Bises

Le factotum a dit…

Que dire de plus.Continue à prendre soin de toi.
Une journée magnifique t'attend.

Nanou La Terre a dit…

Solange,
je pense que oui. Et je l’ai expérimenté aujourd'hui au supermarché
avec un monsieur qui a fait sourire et rire toute une allée!

Pierre,
tellement! Faut dire que Fafouin en savait déjà pas mal sur sa mère. Je ne lui ai pas tout " garoché" à froid. Je pense que c'est important que nos enfants, plus vieux, il va de soi, sachent qu'on a aussi été jeune et insouciant mais plus encore, le fait de se révéler préserve une part de confiance et leur enlève aussi un peu de poids sur les épaules.
Femme Libre, oui, elle est inspirante et sincère et je suis bien heureuse de l'avoir rencontrée. à plus d’une reprise. Elle a aussi beaucoup de vécu.

Pour les gardiens de prison, effectivement, cela ne doit pas être facile tous les jours. Personnellement, j'essaie de ne pas trop me prendre au sérieux et me fondre dans le paysage...
C'est à Bordeaux que les gardiens sont les plus gentils. Étonnant, parce que c'est le centre de détention le plus surpeuplé.
Rivières-des Prairies: moyen...Quelques mauvaises expériences pour moi... À l’occasion, dépendant des gardiens, le visiteur est égal au prisonnier, c’est-à dire moins que rien à leurs yeux... Et St-Jérôme... tout à fait pourri. Faut être fait fort pour traverser les barrières là! Même avec le sourire! Par contre, ce sont les parloirs les plus intimes. Il y a toujours un pour et un contre finalement. Mais je préfère la gentillesse et la chaleurs humaine des gardiens et les parloirs désuets de Bordeaux. Par contre, les gardiennes n'ont pas toujours la belles façon et ont tendance à nous prendre pour des 2 de pique. Je vais essayer de les travailler!
Pierre, tes petits mots gentils me font vraiment plaisir xxx

Zoreille,
chère Zoreille, il faut sécher tes yeux embués car tu sais ce que je veux dire par la gratitude, confiance et amour de la vie... Tout en est empreint dans tes écrits. Il me semble qu'à chaque fois que je te lis, ça sent le feu de camp, la petite veillée au bord du lac et les soir au grand air à la belle étoile!
Les parloirs, c'était vraiment pourri au début, mais, étant donné qu'il est possible de s'adapter à tout, bien j'ai fermé mes oreilles aux brouhahas de l'extérieur et ça fonctionne! Je réussis à n'entendre que mon fils. Je n'en reviens pas moi-même. Par contre, ça demande un petit brin de volonté pour y arriver.
Non, le lieu n'est pas important. Mais , tu as dit tellement plus encore, et cela c'est vraiment la question que je me suis posée très souvent et qui me semble si évidente et rassurante à la fois: LA SITUATION N'EST PAS IMPORTANTE. Parce que, ce qui est le plus important et qui va au delà de la situation, c'est cet amour que l'on porte en soi envers cette personne que l'on aime tout à fait inconditionnellement, notre enfant...
Les compliments me gênent toujours, énormément même. Mais, il semblerait qu'il faut les accepter.
Je suis toujours surprise lorsque je reçois de telles éloges.
Merci, merci... En espérant que ma propre démarche intérieure te soit aussi utile, c'est tout ce qui compte. Gros bizous Zoreille xxx

Claude,
si tu savais... Chaque fois que j'arrive au parloir, je vois les doigts de ceux qui m'ont précédée et je respecte tellement, peu importe qui ils sont car je sais ce qu'ils vivent dans leur coeur. Parfait pour les marionnettes...

Le factotum,
bien sûr, j'y veille fort fort...
Pas une journée ne se passe sans que j'y vois quelque chose de spécial et surtout quelque chose à apprendre et cela, ça n'a pas de prix. Merci d'y être toujours Factotum. Grande tendresse et respect pour toi xxx

Dominique a dit…

Salut ma belle, je n'écris plus moi non plus, j'essais de peindre le plus souvent possible et comme je peints avec mon âme, je ne copie rien, le temps des préparatifs et le temps de construction du tableau c'est tellement long, parfois plus long que de le peindre...
J'ai besoin de ce temps, pour moi... C'est un genre de reconstruction...
Mais je vais bien, nous allons tous bien.
Je vois que pour toi, c'est encore des hauts et des bas.
Il n'y a pas vraiment de mot... Je sais, il n'y en avait pas pour moi...
Alors, je t'embrasse xoxoxo

Dominique

Nanou La Terre a dit…

Dominique, ça me fait tellement plaisir de te voir ici xxx. Heureuse que tu te portes bien. Dirais-tu de mieux en mieux? J'aimerais bien voir de tes toiles. As-tu quelques photos à me montrer?

Dominique a dit…

Salut Nanou, je t'ai envoyé un courriel.

Bonne journée xox

Dominique