Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

vendredi 22 mars 2013

L'Escalier

Certaines chansons m'ont transformée profondément.
Je partage celle-ci avec vous.


 Fallait-il qu'il soit inspiré, bon sens...
Écrire” L’escalier” à 27 ans, assez impressionnant.
En boucle toujours,  et j’aime tant la chanter, ça me gagne les tripes si vous saviez à quel point.

Paul Piché, un grand auteur-compositeur-interprète du Québec.

L’Escalier
1980


Juste avant d'fermer la porte
J'me d'mandais c'que j'oubliais
J'ai touché à toutes mes poches
Pour comprendre que c'qui m'manquait
C'était ni ma guitare
Ni un quelconque médicament
Pour soulager quelque souffrance
Ou pour faire passer le temps

Pis tout au long de l'escalier
Que j'ai descendu lentement
Parce que sans raison j'aurais r'monté
Parce que sans raison j'allais devant
J'étais tout à l'envers
Parce que c'qui m'manquait
C't'ait par en-dedans
J'me sentais seul comme une rivière
Abandonnée par des enfants

Et pis le temps prenait son temps
Prenait le mien sur son chemin
Sans s'arrêter, sans m'oublier
Sans oublier de m'essouffler
Y'a pas longtemps j'étais petit
Me voilà jeune et plutôt grand
Assez pour voir que l'on vieillit
Même en amour, même au printemps

Alors voilà, je me décris
Dans une drôle de position
Les yeux pochés et le bedon
La bière sera pas la solution...
J'aimerais plutôt que cette chanson
Puisque c'est de ma vie qu'il est question
Finisse un soir dans ma maison
Sur un bel air d'accordéon

Pis les enfants c'est pas vraiment vraiment méchant
Ça peut mal faire ou faire mal de temps en temps
Ça peut cracher, ca peut mentir, ca peut voler
Au fond, ca peut faire tout c'qu'on leur apprend

Mais une belle fin à cette chanson
M'impose de dire c'que j'aurais dit
Si j'avais pas changé d'avis
Sur le pourquoi de mes ennuis
Ben oui, j'allais pour me sauver
Vous dire comment faut être indépendant
Des sentiments de ceux qu'on aime
Pour sauver l'monde et ses problèmes
Qu'il fallait surtout pas pleurer
Qu'à l'autre chanson j'm'étais trompé
Comme si l'amour pouvait m'empêcher
De donner mon temps aux pauvres gens
Mais les héros c'est pas gratis
Ça s'trompe jamais, c't'indépendant
La gloire paye pour les sacrifices
Le pouvoir soulage leurs tourments

Ben oui, c'est vous qui auriez pleuré
Avec c'que j'aurais composé
C'est une manière de s'faire aimer
Quand ceux qu'on aime veulent pas marcher
J'les ai boudés, y ont pas mordu
J'les ai quittés, y ont pas bougé
J'me sus fait peur, j'me sus tordu
Quand j'ai compris ben chu r'venu

J'les ai boudés, y ont pas mordu
J'les ai quittés, y ont pas bougé
J'me sus fait peur, j'me sus tordu
Quand j'ai compris ben chu r'venu

Quand j'ai compris que j'faisais
Un très très grand détour
Pour aboutir seul dans un escalier
J'vous apprends rien quand j'dis
Qu'on est rien sans amour
Pour aider l'monde faut savoir être aimé
J'vous apprends rien quand j'dis
Qu'on est rien sans amour
Pour aider l'monde faut savoir être aimé


Paul Piché, 1980







4 commentaires:

claude a dit…

Bonjour Nanou
Je comprends que tu sois émue à l'écoute de cette jolie chanson.
Merci partage car ce n'est pas souvent qu'on entend ici des chansons québécoises.

Le factotum a dit…

"Quand j'ai compris ben chu r'venu

Pour aider l'monde faut savoir être aimé"

Et toi ,tu l'as très bien compris!

Solange a dit…

Je ne connaissais pas cette chanson, elle dit beaucoup, merci.

Nanou La Terre a dit…

Claude,
il est de ces chansons dont on ne se lasse point... xxx

Le Factotum,
en ce moment, bien ce que je comprends c'est que mon fils restera dans la criminalité... Je ne sais pas trop si j'ai compris quelque chose là ou si j'ai pu servir à quelque chose...

Solange,
bien là ça me surprends que tu ne connaisses pas cette chanson mis heureuse de te la faire découvrir!