Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

mardi 23 juin 2009

Les petits culs secs


C'était il y a un peu plus de vingt ans, quelque part dans un recoin du bas St-Laurent, Le Bic, dans une salle paroissiale très reculée, je ne me rappelle plus laquelle, fouille-moi, en plein champs, la rencontre des familles XYZ. De là s'étaient rassemblées environ 300 convives, remplies de bonne volonté mais manquant un petit peu d'initiative, ma personne ne faisant pas exception. Nul ou presque ne se connaissait. Beau rassemblement en perspective. En fait, tout le monde était un peu coincé sur sa chaise. On ne savait trop quoi dire, ni comment donner un petit brin d'étincelle à l'athmosphère déjà alourdie par la gêne. Maudite gêne tient! Parler du beau temps, hein...Et après? C'était, franchement emmerdant et timidement repliant sous la chaise.... Secrètement, on se demandait comment allait se passer la soirée. On avait tous l'air de beaux beignets attendant qu'une âme charitable et intelligente sorte du placard une petite idée brillante...C'est là que les petits culs secs sont arrivés... Puis un, puis deux puis 3 petits culs secs! Faut dire que les organisateurs étaient très très généreux. Encore un petit peu de Caribou? Allez, çà fait du bien! Ils nous l'offraient avec un si beau sourire... Bien oui, encore un s.v.p... Ai-je besoin de vous signaler que l'atmosphère était passablement détendue au bout de 45 minutes? C'était l'euphorie totale. Les mots, éclats de rires, poignées de mains et becs s'entremêlaient, résonnant dans une harmonie parfaite de convivialité sans précédent! À un moment donné, fallait faire descendre tout çà et bouger un peu. Je peux vous dire que le petit timide, s'il en restait un sous la table, bien "y était pu là, tu penses bin" et à la limite, en train de danser sur la table voisine desservie! C'est là que les violoneux se sont mis de la partie pour nous faire danser dans un rythme que même le diable n'aurait pas pu suivre. Au petit matin, le diable n'y était pas mais le réveil oui, et assez brutal merci... Disons que j'ai regretté un petit brin l'abus des petites "gorgettes" de caribou mais bon... Je dis bien un petit brin, car le souvenir de cette mémorable soirée, j'en aurai de rappels heureux comme c'est pas possible...

Qui dit qu'il ne se passe jamais rien dans les vieilles salles paroissiales reculées et abandonnées au beau milieu des champs...

Ce souvenir enfoui me fut inspiré par une remarque d'une lectrice assidue...
Pur Bonheur, ce texte t'est dédié, merci...





9 commentaires:

Zed Blog a dit…

Un véritable abus fait qu'on ne se souvient plus de grand chose. ;-)

C'tait quoi, l'occasion de ce rassemblement?

Et tu m'as bien eue, moi la pas trop alcool, je me demandais bien qui c'était ces petits culs secs-là. J'imaginais, ne ris pas de moi, des personnes, des jeunots, je ne sais pas trop.

Comme ça, Tapageur vous a bien fait danser!

Zed ¦)

Nanou La Terre a dit…

Zed,
trop tard, j'ai tellement mais tellement ri en lisant ton message! Je vais t'appeler "Zed la pure".
Le rassemblement en question c'était du côté de mon conjoint de l'époque, tu sais, regroupements de personnes qui portent tous le même nom? Bin oui,le "iable était dans'cabane!"

Zed Blog a dit…

Que dieu te pardonne mon enfant... surtout si tu ne regrettes rien!

Les bouffons se font souvent prendre les culottes à terre. Moi tout craché.

Zed :D

Dominique a dit…

Je me souviens les petits culs secs styles mexicains, lors d'une soirée, moi pas alcool du tout, dans le temps, les enfants avant 5, 2 et 9 mois... Quand j'ai dit à mon amour je crois qu'il faut y aller, il m'a regardé, a froncé les sourcis et a dit bonjour à tous...

Et que ça ne pardonne pas hein !...

Solange a dit…

Le caribou y a rien de mieux pour réchauffer l'atmosphère.

Bouda a dit…

J'aime te lire, Nanou. J'ai l'impression d'y être. C'est tellement bien raconté.
Et puis... swingne la bacaisse dans l'fond dans boîte à bois!

Touchatou a dit…

Hips... euh... me souviens plus de ce que je voulais écrire, moi... hips... ah oui, bonne St-Jean ! lol

Pur bonheur a dit…

Tant mieux si je j'ai inspiré ce beau billet. Ça me fait beaucoup pensé à ma famille, du coté de mon père. Petit village, mon grand-père en étant le maire, je peux t'avouer que des fêtes paroissiales il y en a eu beaucoup. Grand père avait fait construite une belle bâtisse avec une scène et des rideaux en velours rouge qu'on ouvrait ou fermait à l'aide d'un commutateur . Ma cousine Danielle et moi-même pouvions s'amuser des heures sur cette scène, jusqu'à ce que un de nos parents viennent nous chercher.
Inutile de te dire qu'au lieu d'avoir le cul sec, on l'avait ROUGE de petites tapes au bon endroit :D

Nanou La Terre a dit…

Pur Bonheur,
bien tu me fais tellement rire!
Je penses que tu viens de m'inspirer un autre billet tiens...
"Çà sera pas bin long m'as te pondre çà bientôt..."

Je vais t'appeler "mon assistante bénévole"