Croire que les choses se produisent trop lentement ou trop vite est illusoire. Le synchronisme est parfait. Chaque chose arrive toujours en son temps... Rien ne nous arrive qui n'ait d'abord été senti et pensé. Pour créer le futur, il faut y croire sans réserve. Auteur inconnu

vendredi 5 juin 2009

Les petits bonheurs du matin

Hop Adèle! Partons à l'aventure, il fait si beau et pas un seul nuage à l'horizon. Magnifique!

Il faut dire que ma petite marche du matin, en plus de me faire un bien énorme, est doublement stimulée par cette petite table de bois que j'avais scrutée la veille, sur la rue voisine, et dont le proprio, de toute évidence, allait déposer au chemin ce matin...

Tiens, jetons en passant un petit coup d'oeil aux ordures, après tout, c'est vendredi... Rien d'intéressant à l'horizon.

Les gens s'assagissent?

J'aime mes espadrilles de marche. Elles me donnent ce je ne sais quoi, un petit coup d'énergie vers l'avant. C'est bien pour dire, c'est pas pour rien qu'on les a inventées.


Tiens, la maison d'Agathe... Je m'y arrête, difficile d'y résister. C'est un jardin de fleurs, de lierres, d'arbustes et de vivaces avec ce petit côté asiatique qui le rend si unique. Mais surtout, cet espace est entretenu avec tant d'amour et passion. Çà se sent, çà se voit...

Lorsque notre jardin intérieur est entretenu avec autant de soin, on y découvre des trésors insoupçonnés. Alors, le jardin revêt une couleur unique. Et tout ce qui se trouve dans le jardin produit, à son tour, un effet bienfaisant sur le jardin des autres....

Tiens, Agathe est là, comme toujours, avec son beau sourire. Je m'arrête un instant, le temps de lui dire à quel point son royaume a un effet magique et apaisant sur moi. Nous parlons fleurs, jardin, échange. Elle va m'apporter de la ciboulette à l'ail et des petites fleurs aussi... De mon côté, j'ai hâte de lui montrer mes fleurs préférées dont je ne connais pas le nom...

Je tourne le coin de la rue. À ma droite, les deux femmes chauffeurs d'autobus scolaires jasent un brin en attendant leur marmaille du secondaire. Chapeau, admiration pour ces gens-là...

Me voici maintenant tout près du but. C'est quelle maison déjà? Je me replonge dans l'image de la veille en fermant les yeux... La petite table était collée contre un mur de la maison, à côté de son compagnon, Bac à recyclage, dans une entrée qui se trouvait à droite de la maison. On devrait se retrouver...hum... Çà y est, j'y suis! Bon... partie, envolée, adieu petite table, trop tard pour moi. Pas grave, on continue, il fait tellement beau!

Dans son petit camion rouge et blanc, mon facteur préféré, avec son gigantesque sourire... M'envoie la main, me dit un mot gentil en passant près de moi... J'entends maintenant un gros jappement féroce, déçue de constater que ces grognements lui sont destinés, je me questionne... Çà ne doit pas être joli tous les jours pour lui....pas drôle d'être un facteur. Et pourtant, il demeure toujours souriant, gentil... y a des gens comme çà...

Je file vers un raccourci dans le stationnement du dépanneur. Une femme en voiture me sourit et me laisse passer. On continue... Deux couples assis sur leur balcon me regardent et sourient... Bon sens que les gens sont de bonne humeur aujourd'hui! Puis j'y pense, c'est pas pour toi ce sourire, c'est pour Adèle voyons! C'est fou comme les gens se réveillent de leur léthargie lorsqu'on promène un petit chien tout mignon et irrésistible. Zoothérapie tient. "Bonjour Adèle!" Tellement que la plupart ne connaissent même pas mon nom mais reconnaissent celui de ma petite chienne. Çà leur fait du bien, c'est çà l'important.

La vie est simple. Il suffit d'avoir un petit chien pour rendre les gens heureux...

Oh lala... Au loin, le gros chien noir méchant qui veut toujours dévorer le mien, en compagnie de son maître aux jambes arquées. Bon, j'éduque mon chien:" tranquille Adèle, c'est un ami." Ouin, quel ami... Comme c'est étrange, on dirait que le chien a perdu sa bedaine, il est tout svelte! Bien c'est pas le bon chien tient, allume... Et son maître a les jambes croches aussi... Bien coudont...

On y arrive presque, déjà la maison au loin. J'en profite pour tester ma petite bête, un camion approche...." Adèle, assis, pas bouger..." Elle s'exécute gentiment. Bon, au moins je sais qu'elle n'ira pas se précipiter devant une voiture et se faire écraser comme une crêpe si j'ai la brillance de l'interpeller comme çà...

De retour à la maison, vivifiée et remplie de belles images mais surtout, heureuse d'avoir le privilège de prendre mon temps, tout mon temps, le matin, avant d'aller tranquillement offrir mes connaissances à ceux qui voudront bien les recevoir, enfouie dans ma caverne d'Alibaba, mon royaume, comme je l'appelle. J'apprécie, mais j'apprécie...tellement...

Il faut prendre le risque d'aller vers son propre appel intérieur afin de goûter aux vrais petits bonheurs de la vie...



10 commentaires:

M comme...Maman a dit…

Ces petites balades sont si précieuses! Avec le beau temps, c'est le rêve! J'adore me promener le matin avec mon carrosse pour endormir ma poupoune! La vie nous appartient!

Tiens, au fait, j'ai reçu un beau cadeau de la vie l'autre soir (soir des vidanges): une magnifique petite commode toute délicate et franchement belle. Comme je suis contente de ne pas avoir hésité une seconde pour l'embarquer dans le camion! Elle sera fort utile dans mon atelier!

Ce serait merveilleux de vous croiser Nanou lors d'une de ces belles promenades! Ensemble, nous pourrions découvrir de beaux trésors et faire un brin de jasette! ;-)

Angelika a dit…

La lecture de votre billet ce matin est un pur ravissement.
Bonne fin de semaine ;-)

Accent Grave a dit…

Considérez-vous chanceuses d'avoir cette propension naturelle au bonheur. Il semble que cela ne soit pas donné à tous. Le bonheur est un état d'esprit qui n'a rien à voir avec les événements, les cironstances ou l'environnement.

Accent Grave

Zed Blog a dit…

Sans mon zoo au quotidien, je ne serais plus là. Si un jour venait où j'en serais privée, tout ceux et celles qui me connaissent comprendraient pourquoi je suis disparue!

Ça me force à prendre soin de moi, donne un peu de gout à la vie quand elle est trop amère, fait oublier un peu qu'elle va finir et pas dans le printmeps, pas dans l'été, mais dans l'hiver.

Une autre table sur ta route sera encore plus intéressante, peut-être! J'ai encore plusieurs meubles donnés et d'autres récupérés de la poubelle, même si j'en donne aussi!

Entrer en soi et ne pas trop oublier d'en sortir...

Zed

cryzal a dit…

c'est si simple le bonheur, il ne faut pas chercher bien loin, juste sur notre chemin......du quotidien....

Bon lundi
Marie-Claude

Solange a dit…

Le bonheur c'est une foule de petites choses, qu'il faut savoir apprécié.

Djemaa a dit…

Bonsoir, bons articles! Continue! Pascal.

Nanou La Terre a dit…

M comme maman,
comme j'aimais aussi promener mon Fafouin en carosse...Heureuse de constater que je ne suis pas la seule à profiter des aubaines laissées au coin de la rue!
Oui, ce serait agréable, avec un brin de jasette, le chien et le bébé bien sûr!

Angelika,
je suis heureuse d'avoir ensoleillé votre matin...merci...

Accent Grave,
croyez-moi, çà ne m'est pas venue naturellement et je ne crois pas que ce soit une question de chance non plus. C'est une lutte, un travail de tous les jours. Je dirais qu'à force de souffrance, je choisis de vivre plutôt que de m'apitoyer. Pas le choix, c'est une question de survie. Non, effectivement, cela n'a rien à voir avec les événements, car il serait beaucoup trop facile de plonger dans la noirceur avec tout ce que j'ai vécu et ce que je vis présentement. J'imagine aussi que le fait d'avoir survécu miraculeusement à un gros accident de voiture sans une égratignure, y fait pour beaucoup dans mon goût au bonheur. J'apprécie la vie...

Zed,
comment êtes-vous certaine qu'elle va finir en hiver?Inquiétant...
Vous parlez de vos minets lorsqu'il s'agit du zoo?
Pour la table, c'est aussi ce que je me dis...
Oui, pas trop en sortir. Faut se battre contre nos démons intérieurs et je ne fais pas exception...

Cryzal,
oui, c'est simple comme çà. Si simple que la majorité des gens se cassent la tête pour essayer en vain de le trouve ailleurs...Dommage.

Solange,
savoir apprécier, que oui...

Pascal,
bienvenu dans mon petit monde et merci. Cela me touche, venant d'un journaliste-écrivain...

Zéo a dit…

En hiver : métaphore de notre dégénérescence.

Sortir de soi, oui... Sinon, on ne fait que s'apitoyer. Le partage, les joies offertes aux autres, l'accompagnement, apportent du bonheur et nous empêchent d'être absorbés dans un trou noir, noir, noir!

Et vivre le plus possible tous les rêves qu'on peut. Trouver de jolies « tables » sur sa route. Ou en mettre sur le bord du chemin.

Le bonheur c'est très biochimique aussi. On peut influencer quelque peu cette biochimie, mais il n'en demeure pas moins que cela a ses limites.

Mon zoo : pour le moment des chats, mais avoir parmi nous (à prononcer) un chien, ça me manque. Les oiseaux, « j'» en ai des milliers, dehors. Ils me visitent. Je les attire avec les arbres qu'ils aiment, des graines, des fleurs, de l'eau. Des papillons aussi, « j'» en ai plusieurs, de la même manière.

Tu sais bien, Nanou LA TERRE... ;)

Zed ¦)

Nanou La Terre a dit…

Zed,
bien sûr, les papillons et... Chopin...c'est de cette façon que j'ai découvert ton blogue. Je suis tombée sous le charme, c'était vraiment magnifique...